• MODE DE VIE

    Alcve et lits clos dans l’habitat ancien

    Plusieurs types de couchage existent encore dans les salles communes, caractristiques des anciens modes de vie : dcouvrir alcves, lits clos, placards (...)

  • EDITION

    Parution du trs attendu 13me cahier des Amis du Vieil Allanche

    Sous la thmatique Czallier, cœur de nature , ce cahier 2020 se rvle une nouvelle fois riche et vari. Il porte savamment de multiples regards sur la mmoire, l’histoire locale (...)

  • PROTOHISTOIRE

    Bilan archologique exceptionnel autour de la valle de la Sianne

    Le Service archologique Auvergne-Rhne-Alpes apporte une vision renouvele sur le patrimoine archologique des valles de la Sianne et de la Sumne.

  • EXPOSITION DERNIERS JOURS

    Histoire et sens de la Vierge en majest de Laurie

    Jusqu’au 30 aot dcouvrir dans l’glise de Laurie (Cantal) l’histoire de cette oeuvre d’art et son sens religieux. Exposition extraite de la grande rtrospective (...)

  • AU VILLAGE DE LUSSAUD

    Confrence sur la statuaire religieuse du Cantal avec Pascale Moulier

    Jeudi 23 juillet, 15h l’’occasion du retour glise de Lussaud (commune de Laurie) des statues de Sainte Madeleine et de la Vierge de l’immacule conception aprs (...)

  • LES ECLATS DU CEZALLIER

    Expositions pour oublier le confinement

    Dans la valle de la Sianne et ses abords, prenez le temps de visiter librement nos deux expositions qui mettent en valeur le Czallier, la diversit de son (...)

  • PARTENARIAT

    L ducation au patrimoine :
    pourquoi pas avec notre association ?

    Dans le cadre des plans acadmiques du patrimoine, l’Association Czallier valle de la Sianne peut apporter son concours des dispositifs afin de contribuer l’ducation au (...)

  • BENEVOLAT

    Participez des fouilles archologiques en septembre

    Deux sites archologiques proches de la valle de la Sianne vont faire l’objet de nouvelles prospections archologiques durant le mois de septembre. Les fouilles sont ouvertes aux (...)

  • ASSEMBLEE GENERALE 2020 (Reporte/confinement)

    Rapport d’activits 2019

    Notre association a continu en 2019 mettre en œuvre de nombreuses initiatives en revisitant les diffrents patrimoines des sept communes de notre territoire d’intervention. (...)

  • SUC DE LERMU

    Des fouilles rvlent des occupations humaines (2)

    Une opration de fouilles archologiques conduite en 2016 sur le sites du Suc de Lermu qui domine la valle de la Sianne a permis de mettre jour quatre occupations humaines dont la plus (...)


Patrimoine Le Sacré
A+  A-    Imprimer

Les retables

L’AGE BAROQUE
Des retables, pourquoi ?
Des retables, pourquoi ?

Au milieu du XVIme sicle le monde catholique est entr dans un grand mouvement de rnovation inaugur par le Concile de Trente (Italie). A partir de cette date, les vques ont encourag l’embellissement des glises.

Les instructions pour la construction et l’ameublement des glises, prconises par saint-Charles de Borrome, l’une des figures du Concile de Trente, vont devenir une rfrence en France, et donc en Auvergne.
La spiritualit de cet ge que l’on appelle baroque, marque l’loignement d’un Dieu transcendant rendant de plus en plus necssaire l’intercession des saints et des anges qui occuprent un rang prpondrant dans les dvotions populaires.

L’art de nos glises de campagne d’Auvergne en est le reflet en accordant la place d’honneur dans les retables au patron de la paroisse et la multiplication des reprsentations d’angelots.

Les retables se sont dvelopps en Auvergne et dans beaucoup d’autres rgions franaises au 17 et 18me sicles.
Un retable explique l’historienne Lonce Bouyssou ne peut se comprendre sans l’autel et le tabernacle. Le retable n’tant qu’un complment entourant l’autel. Les tabernacles ne commencrent tre placs sur l’autel principal que dans le courant du 17me sicle. Auparavant les hosties taient conserves dans une petite armoire murale ou suspendue au dessus de l’autel.
Comme partout en Auvergne, les glises de la valle de la Sianne ont particip avec leurs petits moyens au dveloppement du retable trois pans. Le pan central tait toujours occup par une toile peinte ou un bas relief reprsentant une scne de la vie du Christ ou de la Vierge Marie, ou encore un pisode de la vie d’un saint. Les deux pans latraux taient dans la majorit des cas constitus par des niches.

EGLISE DE LAURIE
Retable de l’Assomption
Retable de l’Assomption

Le retable de l’glise de Laurie date du XVIIme sicle. Chaque niche est supporte par deux colonnes torses selon le style corinthien. Leurs parties basses sont constitues par des torsades hlicodales. De chaque cot du tabernacle deux personnages ont une trs belle expression. Le tout forme une oeuvre populaire sans prtention, mais qui ne manque pas d’intrt.

EGLISE DE MOLEDES
Retable de la crucifixion : un sauvetage durable (1)
Retable de la crucifixion : un sauvetage durable (1)

En 2006 la restauration totale du retable de la crucifixion de l’glise saint Lger et des statues polychromes des 17 et 18mes sicles a permis a l’oeuvre de retrouver son faste d’antan. Le retable avait t mutil la fin du 19me sicle par le percement d’une baie ayant eu pour consquence la disparition de la toile centrale. Grce aux nouvelles mthodes de restauration les transformations du retable entre 1870 et 1889 ont t durablement corriges.

Le retable en bois polychrome et dor a t mutil la fin du 19me sicle lorsque la partie centrale compose d’une huile sur toile de la crucifixion tait retire par le cur de l’poque lorsqu’il fit percer une baie pour donner de la luminosit dans l’glise.

Construit en bois de sapin et de tilleul, except la table d’autel en bois de noyer, le retable, trs gravement attaqu par les insectes xylophages et par des champignons, s’effritait et tombait rgulirement en poussire.

Il prsentait par ailleurs des parties manquantes. Plusieurs dtails, notamment sur le tabernacle, ont t rongs jusqu’ leur disparition totale. De nombreux assemblages taient disjoints et la structure du retable s’affaissait. De lourdes charges d’enduits projetes lors de prcdents travaux taient colles sur la moiti suprieure du retable au dos des boiseries.

La finition constate avant la restauration date probablement de l’poque de la transformation du retable entre 1870 et 1889. Les surfaces peintes sous-jacentes de deux priodes diffrentes taient trs accidentes avec des lacunes importantes. La prparation traditionnelle pulvrise n’adhrait plus au bois. Elle se dtachait en plaques sous les dorures ou s’effritait sur toute la surface du retable. Les lments dors avaient t repeints partiellement la poudre de bronze.

En 2006 les restaurateurs ont du faire face un important travail de restauration pour redonner au retable son clat d’antan.

Le travail de conservation : une procdure complexe

Aprs la dpose et le transport dans l’atelier de restauration, les restaurateurs ont procd au recollage des soulvements de la prparation avec de la colle de peau de lapin et nettoy la mixtion visible les surfaces peintes l’huile et dores. Le mme travail a t effectu sur la table d’autel dj entirement restaure au 19me sicle ainsi que sur les quatre pots feu ajouts au retable la mme poque.

Le nettoyage a mis au jour la polychromie originale sur le fronton aux ailerons (Dieu le Pre). Cet lment du retable gravement endommag a ncessit la recration l’identique de son encadrement en bois de tilleul.

Pour le reste du retable les restaurateurs ont procd la mise jour et au nettoyage de la premire restauration du retable date de la fin du 18me sicle, poque durant laquelle on a apprt les lments sculpts afin d’obtenir des surfaces dores l’eau et repeint partiellement le retable. Il semble toutefois, qu’ l’origine, le retable tait entirement peint mais sans dorure.

La dernire tape de conservation a consist au recollage des parties disjointes ou dtaches et au replacement des dtails manquants en bois de tilleul et rsine polyester.

Le travail de restauration

lors .="" a="" acrylique="" bois="" clair="" de="" dorure="" du="" eau="" en="" et="" feuille="" gouache="" gris="" illusionniste.="" la="" lambris="" le="" les="" ment="" ont="" or="" origine="" p="" paration="" partiel="" patine="" peint="" peinture="" polychromie="" restaurateurs="" sapin="" selon="" soubassement="" suivi="" sur="" tape="" thode="" un="" une="" utilisant="">

Enfin, une transformation de la table d’autel a t effectue. Un encadrement en fer avec quatre roues a t fix l’intrieur du socle afin de permettre le dplacement de la table d’autel dans le chœur pour les clbrations.

EGLISE DE MOLEDES
Le petit retable de la Vierge la chaise
Le petit retable de la Vierge  la chaise

Le petit retable localis dans l’une des chapelles latrales de l’glise de Moldes a la particularit d’avoir en son centre une huile sur toile date du 19me sicle et qui reprsente une vierge l’enfant, une copie de la Vierge l’enfant du clbre peintre Raphal. ExplicationS de sa restauration en 2005.

La toile d’un mtre par 86cm tait fixe un chssis sommaire par des semences rouilles. Le bord infrieur tait entirement dclou. Le mode de fixation de la toile sur le chssis tait donc trs mauvais et entranait des problmes de tension.

- La toile peinte
La toile assez fine a un tissage serr. Les restaurateurs avaient constat une dchirure verticale de 14cm due probablement un coup. La toile cuite, en fait trs fragile et cassante, avait dj t dvernie. Le vernis avait travers les craquelures et imprgn toute la toile.

- Etude de la couche picturale
Lors du diagnostic de restauration, il a t vrifi que la couche picturale est fine, travaille en demi pte partir d’une prparation rouge.

- Etat de conservation
La cohsion gnrale est bonne. L’adhsion entre la toile et la couche peinte a t considre comme moyenne ce qui a entran des pertes picturales et un caillage.

- Le vernis
Le tableau tait recouvert d’un vernis sale et jauni, donnant un aspect de surface satin.

Le traitement du tableau

- Face du tableau
Le tableau a t nettoy l’eau dminralise. Le vernis a t allg avec un mlange de solvants. Aprs vernissage au vernis ctonique, du papier japon a t coll sur la face avec une colle base de mthyl cellulose. La toile a ensuite t dpose du chssis.

- Revers du tableau
Le revers a t nettoy l’eau dminralise avec une mise sous poids lors du schage pour rsorber les dformations.

- La reprise des dchirures de la toile
Les dchirures ont t consolides par des fils fils, des fils de lin colls avec un adhsif base d’actate de polyvinyle. Dans les trous des semences prsents tout au long des bords, des greffes de toiles de lin ont t ralises. Les incrustations de toile ont t colles avec un adhsif base d’actate de polyvinyle.

- Refixage et doublage
La perte d’adhsion de la couche picturale obligeait un refixage gnral par le revers de la toile. Le besoin d’un bon pouvoir adhsif et la conservation du tableau dans le lieu humide de l’glise de Moldes imposaient l’utilisation de la cire-rsine.
La cire-rsine, c’est 80% de cire d’abeille et 20% de rsine damar. Elle a donc t applique au revers de la toile puis chauffe pour permettre une bonne pntration.
Comme la toile, dans son tat dsormais dlicat, ne pouvait plus subir une tension, le tableau a donc t doubl avec une toile de lin pralablement tendue sur bti et dcatie.Un doublage a part ailleurs t ralis la cire-rsine. L’opration termine, le papier de protection a t enlev. L’excdent de cire-rsine a t t au white spirit.

- Mise sous tension
Moment dlicat, le tableau a t tendu sur un chssis cls avec un insecticide.

- Nouveau vernissage
Le tableau a t verni au spalter avec du vernis retoucher, couramment utilis dans les restaurations de toiles peintes anciennes.

- Masticage des lacunes
Les lacunes observes de la couche picturale ont t mastiques. La structure des mastics se rapprochait en effet de l’tat de surface original et permettait une bonne intgration de la retouche. Ces mastics ont t isols par une couche de mdium acrylique.

- Rintgration des couleurs
Les mastics ont t retouchs de faon illusionniste avec un mlange de pigments et de vernis retoucher et avec des couleurs de restauration pour les couleurs sombres. Le tableau a ensuite t verni au pistolet avec le mme vernis pour harmoniser l’tat de surface. Des papiers de bordage ont t colls avec une colle base de mthylcellulose, pour protger les bords.

Restauratrice : Sandrine Cailhol, Octobre 2005

EGLISE DE MOLEDES
Le petit retable de la Trinit (19me)
Le petit retable de la Trinit (19me)

La chapelle latrale de droite de l’glise Saint Lger Moldes possde un petit retable en bois peint du 19me sicle. Il a la particularit d’tre coiff par un triangle. Le symbolisme du triangle recouvre en fait celui du nombre 3 (La Trinit).

Le triangle quilatral qui surmonte le petit retable est dans la tradition du Judasme ce qui symbolise Dieu, dont il est interdit de prononcer le nom. Le triangle est alchimiquement le symbole du feu et du coeur.

Sur le retable est expose une statue de Sainte-Barbe, qui tait la patronne des mineurs des mines argentifres de Fournial.

EGLISE DE VEZE
Retable de la crucifixion : aspect gnral (1)
Retable de la crucifixion : aspect gnral (1)

Depuis la belle restauration de 2006-2007, le retable de la Crucifixion de l’glise saint Pancrace Vze a retrouv une couleur blouissante rouge et or, des tonalits de la fin du 17me sicle, sa priode d’installation dans l’glise paroissiale. Un retable d’une grande beaut qui illumine cette petite glise de campagne. Description de la partie haute.

Le retable comporte selon la tradition trois pans avec un panneau central dont la toile peinte reprsente la classique crucifixion du Christ avec saint Jean et la Vierge Marie.
Les deux panneaux latraux spars par des colonnes torses contiennent une niche. Le cadre de ces deux grandes niches est mis en relief par des chutes de feuilles et de fleurs tandis que des coquelicots ou des cuelles d’eau dcorent le sommet et la base, trois en haut, deux en bas. Ce mme dcors apparat sur la frise et les frontons.

Deux statues occupent ces niches latrales, mais ce ne sont pas celles des origines du retable saint Joseph et la Vierge de l’Immacule conception. Deux statues trs dgrade que l’on retrouve toutefois dans l’glise. Elles ont t remplaces dans les niches du retable probablement la fin du 19me sicle par deux statues polychromes plus rcentes, gauche sainte Catherine d’Alexendrie et droite par saint Guillaume de Bourges.

Le cadre de la toile peinte centrale est particulirement soign : un faisceau de tiges lies par un ruban plat o s’entremlent des fleurs, des feuilles et des fruits. Le fronton central prsente la mme composition que les niches. Le Pre ternel mergeant des nues en apothose est soutenu lui aussi par un ange aux ailes dployes. De par et d’autre du fronton deux anges montent la garde et portent l’un une poutre, l’autre un tronc.

Les quatre colonnes torses du retable reposent sur une plinthe avec tore et scotie et se terminent par un chapiteau corinthien supportant une frise. Elles sont selon les habitudes dcores d’enroulement de pampre avec grappes de raisin et feuilles de vigne. Les supports des colonnes prsentent sur la face antrieure des anges aux ailes replies. Les anges la base des niches ont eux les ailes dployes.

Voir autre fiche sur le tabernacle du retable

EGLISE DE VEZE
Retable de la crucifixion : le riche tabernacle (2)
Retable de la crucifixion : le riche tabernacle (2)

Le tabernacle est d’une trs belle facture. Il est form de trois panneaux en saillie accot de deux panneaux pauls eux-mmes par des consoles volutes bien dveloppes. Un galerie balustres en fuseaux couronne l’ensemble. Il est richement dot de statuettes dores en tilleul habilement restaures en 2006.

Les cinq niches qui entourent le tabernacle sont construites sur le mme style que les grandes niches des pans latraux du retable. Dlimites par deux colonnes torses, elles sont voutes en berceau surbaiss. Chaque niche contient une statuette en tilleul.

Sur la porte du tabernacle c’est le Christ aux liens, les poignets ligots, une couronne d’pines sur la tte. Il est revtu d’un manteau royal rouge.

Dans la niche de gauche la Vierge Marie, les bras carts, les yeux agrandis exprimant la douleur. Elle reprsente par ailleurs le thme de l’Immacule Conception car elle crase la tte du serpent reproduit de faon trs raliste.

Dans la niche de droite, saint Jean l’vangliste avec une effigie aux traits juvniles, des cheveux longs, les mains fermement serres et portant un pais vtement.

Se part et d’autre du tabernacle saint Jacques le Majeur gauche qui porte ses attributs habituels : chapeau garni d’une coquille, cape et mantelet des voyageurs, le livre des critures. Il lui manque la canne du plerin, disparue de sa main droite.
A droite saint Blaise, l’un des saints les plus rpandus en Auvergne. Il est ici reprsent en vque, coiff de la mtre et revtu du manteau piscopal.

D’une par et d’autres du tabernacle sous les niches sont prsentes deux statues : sainte Barbe gauche et saint Caprais droite.

EGLISE DE VEZE
Le retable en faux-semblant
Le retable en faux-semblant

Au moment de la dpose du rtable baroque du XVIIme sicle en 2006, afin de bnficier d’une totale restauration, diffrents dcors peints sur le mur et la vote du choeur sont apparus au grand jour : en fait, des lments d’un retable en faux-semblant datant du 17me sicle qui recouvrait vraisemblablement l’ensemble du fond de l’glise.

La restauration en 2005 du grand retable baroque de l’glise romane de Vze a permis la mise jour d’un dcor peint dat en partie du 15me sicle.

Compte tenu de l’tat du retable de la crucifixion, le service de la Conservation des Antiquits et Objets d’art du Cantal et la municipalit avaient dcid la restauration de la structure de ce bel ensemble baroque du 17me sicle en trs mauvais tat. La peinture centrale par exemple, reprsentant la crucifixion, tait dtriore, ainsi que les statues en bois dans les niches latrales.

Au moment de la dpose du retable en juin 2005, diffrents dcors peints sur le mur et sur la vote sont apparus au grand jour. Selon Benoit Henri Papounaud, Conservateur des antiquits et objets d’art du Cantal, il s’agirait d’une scne du martyr de saint Caprais, le patron de la paroisse, datant du 15me sicle. Sur la vote se dtache aussi un Christ de la mme poque bnissant d’une main six doigts.

Mais le plus spectaculaire est la prsence d’un retable en faux-semblant datant du 17me sicle qui recouvre l’ensemble du mur du fond de l’glise.

Cette dcouverte a donn un intrt supplmentaire la petite glise romane dj bien restaure quelques annes auparavant. Il a t dcid de confier une entreprise spcialise la restauration des diffrentes peintures dcouvertes, la DRAC, le Conseil Gnral et la Rgion Auvergne ayant accept de participer financirement aux travaux.
Aprs la restauration du retable, celui-ci a retrouv sa place dans le choeur avec les statues d’origine retrouves dans le grenier de la sacristie o elles avaient t entasses sans protection.

Et les fresques ? La repose du retable sa place d’origine risquant de cacher totalement les fresques, celui-ci a t avanc d’un bon mtre afin de permettre au public d’admirer ce tmoignage du Moyen-ge avec quelques contorsions tout de mme..


CHAPELLE DU BRU (CHARMENSAC)
Retable de Saint-Jacques le vieux
Retable de Saint-Jacques le vieux

Le retable de la chapelle du Bru (Charmensac) est le plus beau et le plus original du Czallier bien qu’il ne soit pas complet. On est surpris en entrant dans la petite chapelle du hameau du Bru de voir cette belle oeuvre colore de la fin du XVIIme sicle qui provient de l’glise primitive.

Dans son tude sur la Haute-Auvergne et Compostelle, l’historien Abel Beaufrre dcrit avec minutie le "retable de saint-Jacques-le-Vieux" accroch sur le mur derrire l’autel. En fait il s’agit d’une partie d’un retable de la chapelle primitive. Il mesure 2 mtres de haut par trois mtres de large. C’est une œuvre populaire issue de la fin du 17me sicle d’un atelier de la rgion.

Deux colonnes torsades, enrichie de pampres de vignes et de lourdes grappes dterminent trois panneaux. Au milieu de la longue corniche, Dieu le Pre prside, en buste, avec les bras largement ouverts.

Le panneau central, en bas relief, reprsente le Christ en croix sur un fond de petits nuages styliss. A ses pieds les personnages habituels, la Vierge et Saint-Jean, ont t remplacs, sa droite par saint Jacques, appuy sur son bourdon, livre ouvert en main, avec deux larges coquilles sur le mantelet ; sa gauche par sainte-Anne, mains jointes, drape dans un long voile. « Cette illustration rappelle les saints patrons de Jacques de Mercoeur et de son pouse Anne de la Tour d’Auvergne, explique Abel Beaufrre, qui l’on doit la chapelle primitive du hameau du Bru ».

Influences fodales

Dans le thme de la crucifixion au centre du retable, selon la rgle habituelle, c’est la Vierge qui se dresse la droite du Christ en croix, l’aptre Jean occupant la deuxime place, gauche. On aurait pu penser que sainte Anne, mre de la Vierge, mritait sur le retable du Bru la place d’honneur. Il n’en est rien. C’est saint Jacques, le patron et reprsentant du puissant seigneur de Mercoeur qui se dresse la droite du Christ, sainte Anne tant repousse la gauche. En fait le retable reprend le code des prsances fodales.

Sur les cts s’ouvrent deux niches. Dans celle de gauche la statue de saint Pierre avec la cl. Dans la niche de droite une statuette de saint Jacques avec son nom « saint Jacques le Vieux, celle que l’on portait en procession chaque anne le 25 juillet. Les deux bras de la statue ont t remplacs au dbut du XXme sicle. Le saint s’appuyait autrefois sur un bton mini de la gourde traditionnelle.

Six angelots styliss amortissent les angles du retable et aussi les socles des colonnes. Enfin, une frise de feuillage anime la partie infrieure.
Avec sa polychromie teinte et ses personnages compasss, le retable est marquant par son archasme et sa franchise.

Sources : Revue de la Haute-Auvergne, la chapelle du Bru et son plerinage au grand saint Jacques, Abel Beaufrre (1977)

PATRIMOINE

L’eau

La Sianne, notre rivire

Cascades : la magie de l’eau

Mmoire d’eau

Les abreuvoirs

Les sources ferrugineuses

Les puits

Les moulins de la valle de la Sianne

Les ponts de pierre

Les passages gu

Les passerelles primitives sur la Sianne

Les lavoirs du XXme sicle

Les meules des moulins

Les moulins hydrauliques

Les moulins rservoir

Les moulins de communauts villageoises

L’irrigation le long de la Sianne

Les fontaines

Les milieux humides

Les retenues travers la Sianne

Le pays

Les gens

Le plateau du Czallier

Sucs et volcans

Routes et chemins

Des sites et des lgendes

La faune

La flore

Sites d’intrt europen

La valle de la Sianne en Haute-Auvergne

Toponymie

Les grottes

Roches et rochers

Les communes et leurs villages

Mobilier et art populaire

Les Activits

La production du miel

Les charbonnires

L’estive sur le Czallier Cantalien

Les mines

Traditions culinaires

Objets et machines

Activits traditionnelles

Les Palhs

Le ferrage des animaux

Les fours chaux

L’levage du mouton

La vie scolaire

Le travail agricole

Les prs-vergers

Le portage

Les activits itinrantes

L’usage du feu dans la maison traditionnelle

L’eau dans la salle commune

Le temps du couchage

Ranger et conserver

La conscription

Production laitire

Modes de vie

Manger en commun

Le Bti

Les maisons de berger

Les abris colombins

Les fermes traditionnelles

Les chteaux

Les maisons fortes

Les maisons d’coles

Les abris vernaculaires

Les symboles sur le bti ancien

Les fours pain communaux

Burons du Czallier oriental

Les petits btiments d’levage

Les toitures du Czallier cantalien

Les murets en pierre sche

Les sols en pierre

Les fours pain privatifs

Maisons paysannes du Czallier

Le Sacr

La Rsistance (39-45)

Les glises

Les chapelles

Les retables

Cloches et clochers

Les plerinages Laurie et au Bru de Charmensac

Les vitraux religieux

Les Tumulus

Les cimetires communaux

Les monuments aux morts

Objets du culte catholique

La statuaire des glises

Les bannires
de procession

Les oratoires

Les vtements liturgiques

L’imagerie mdivale religieuse

Les objets de pit

Des pratiques religieuses collectives

Les autels en marbre blanc

Les reliquaires