• TRAVAIL DU SOL

    Le racloir pour charrue de labour

    Le racloir pour charrue tirée par les bœufs ou un tracteur est un petit outil banal mais d’une grand utilité pour assurer un labour correct sur l’ensemble d’une parcelle. Il était utilisé (...)

  • SEMAILLES D’AUTOMNE

    Le semis à la volée

    Le semis traditionnel d’automne à la volée, grand travail de l’année agricole, est une technique simple qu’en apparence. C’était d’ailleurs une tâche réservée à l’homme le plus qualifié de la (...)

  • MAITRISE DU BETAIL

    L’aiguillon à bœuf

    L’aiguillon est un accessoire utilitaire pour stimuler ou guider dans la direction souhaitée le bétail notamment les bœufs lors du travail aux champs et pour la conduite des charrettes. Ce (...)

  • BON SENS ET MAXIMES

    Utiles observations d’un paysan de Fraissinet (Auriac-l’Eglise)

    Dans son livre « La terre sacrée » (1930) sur l’histoire d’une famille paysanne de 1623 à 1930 au hameau de Fraissinet, commune d’Auriac-l’Eglise, le capitaine de dragon Jean-Louis Boudon (...)

  • USAGES

    L’indispensable sac de jute pour le grain et la farine

    Utilisé depuis des siècles pour conditionner, transporter des denrées, conserver, commercialiser, le sac en toile de jute, matière de fibre naturelle, était d’un usage courant dès le cours du (...)

  • REGLES DU FERMAGE

    Exemple d’un bail rural des années 1930 à Charmensac

    Le bail rural est un contrat pour la location d’une propriété rurale entre un exploitant et le propriétaire du bien régit par le Code Rural.. Au cours du 20ème siècle le bail rural agricole a (...)

  • ARCHEOLOGIE

    Conférence sur un site archéologique majeur de la vallée de la Sianne

    Depuis plusieurs années les chantiers de fouilles sur le plateau basaltique de Lermu livrent des secrets sur les lointains occupants de notre vallée. Fabien Delrieu nous dira tout sur ce site (...)

  • DESTINATION

    Le Cézallier, la nature, les grands espaces...

    Le Cézallier, paradis des formes et des couleurs... un territoire unique en France, fabuleusement attirant. A découvrir son patrimoine en toute saison.

  • HEBERGEMENT TOURISTIQUE

    Un nouveau gîte municipal à Auriac-l’Eglise

    Entièrement rénové et aménagée l’ancienne école située au centre du bourg d’Auriac-l’Eglise offre désormais un lieu d’hébergement familial et modulable de qualité jusqu’à 10 personnes.

  • GENRE DE VIE

    Notre exposition d’aquarelles sur les burons, actualisée, sera présentée cet été à Vèze

    Une quinzaine de nouvelles reproductions d’aquarelles sur les burons situés sur la commune de Vèze viennent d’être réalisées par l’artiste Alain Delteil. A voir dès le 20 juillet 2024 à la salle (...)


LES DERNIERES MISE EN LIGNE

A+  A-    Imprimer

ORFEVRERIE AUVERGNATE

Le pendentif Saint-Esprit

Ce bijou qui cumule à la fois des symboles chrétiens et populaires était particulièrement apprécié dans la région. La plupart des familles de la vallée de la Sianne possédant un tel bijou le tiennent par transmission depuis le dernier quart du 19ème siècle. Il fait partie de l’héritage familial et représente un fort caractère sentimental.

Le Saint-Esprit est un bijou ancien particulièrement apprécié en Auvergne. Et il n’est pas rare de le trouver conservé précieusement chez certaines familles dans notre vallée depuis plus de 100 ans. Cette petite orfèvrerie au départ élitiste s’est en effet démocratisée au milieu du 19ème siècle quand les orfèvres l’ont rendu accessible à un plus grand nombre de familles. Pour cela, ils ont remplacé les pierres précieuses par des pierres locales aux belles couleurs. Et des pierres liées au terroir, l’Auvergne n’en manque pas.
En contemplant ces bijoux, on se rend compte qu’ils n’ont rien à envier aux "Saint-Esprit" obtenus pas les grandes familles et la noblesse d’hier.

La plupart des familles de la vallée de la Sianne possédant un tel bijou le tiennent par transmission depuis le dernier quart du 19ème siècle. Il fait partie de l’héritage familial et représente un fort caractère sentimental.
Certes, ces bijoux ont voyagé et voyageront encore au gré des mariages et des successions. Même si les jeunes générations sont moins attachées à cet emblème qui cumule des symboles chrétiens et populaires, force est à parier qu’il représentera un intérêt une fois la jeunesse passée.

Jean Claude Roc qui a publié dans la revue Cantal Patrimoine une étude sur le bijou, explique sa particularité. « En Auvergne, ce pendentif se présente sous la forme d’une croix constituée de chatons ovales et piriformes soudés entre eux directement ou par l’intermédiaire d’une petite entretoise. Les chatons de la branche horizontale sont dotés de petites ailes symbolisant dans la religion catholique la colombe du Saint-Esprit, ailes déployées fonçant vers la terre. Le chaton inférieur, de par sa forme, représente la tête de la colombe...Le Saint-Esprit s’achève par trois pendeloques en forme de poire ou de gourde de pèlerin symbolisant les larmes du Christ.. » Ce pendentif peut être porté au raz du cou ou suspendu à une chaîne en or. (Cantal Patrimoine N°14, Juillet 2008).

Ce bijou singulier lié au terroir le place sans hésitation dans le domaine du patrimoine. Selon les spécialistes de la question, on trouve le Saint-Esprit depuis la fin du 17ème siècle en Auvergne, surtout depuis le 1er Empire et sous la Restauration. Il était très en vogue notamment dans le Cantal et la Haute-Loire.
De par sa situation, la vallée de la Sianne a donc bénéficié des courants commerciaux notamment entre ces deux départements. Les styles propres aux orfèvres du Puy, de Brioude, de Saint-Flour, de Murat, d’Aurillac ou de Clermont-Ferrand ont naturellement essaimé dans les familles de la vallée.
 

Quelques caractéristiques du Saint-Esprit selon son lieu de fabrication

Suivant le lieu de fabrication, le Saint-Esprit comporte des caractéristiques propres qui permettent leur identification, indépendamment des éventuels poinçons.

- Saint-Esprit du Puy-en-Velay : la colombe est stylisée, le bijou comprend des grenats véritables ou des imitations. Il est surmonté de 4 chatons en chute qui eux-mêmes sont prolongés par une petite rose (motif en roue).

- Saint-Esprit d’Aurillac : comprend un chaton au centre ou une couronne. Des pierres garnissent le corps de la colombe. La pièce est revêtue d’un émail blanc ponctué de points le plus souvent vert et jaune.
D’autres signes sont parfois reconnaissables. Trois pierres au départ de l’attache, plusieurs chatons mobiles surmontent la colombe. La pièce est terminée par trois pendeloques en forme de poire avec des pierres de la même espèce que le corps général du bijou.

- Saint-Esprit de Brioude : il comporte en chute deux ou trois chatons d’or placés au dessus de la colombe, elle-même formée de gros chatons. Les branches de la croix sont relevées latéralement et portent des rudiments d’ailes. Les pendeloques en gourde sont généralement striés.

- Saint-Esprit de Clermont-Ferrand  : au centre figure une couronne de chatons. Des grelots en forme de gourde sont pendus à l’extrémité et symbolisent les ailes et la tête de la colombe. Le bijou comprend souvent des pierres d’un bleu clair.

Source : Orfèvrerie en Haute-Auvergne, art sacré-art profane