• TRAVAIL DU SOL

    Le racloir pour charrue de labour

    Le racloir pour charrue tirée par les bœufs ou un tracteur est un petit outil banal mais d’une grand utilité pour assurer un labour correct sur l’ensemble d’une parcelle. Il était utilisé (...)

  • SEMAILLES D’AUTOMNE

    Le semis à la volée

    Le semis traditionnel d’automne à la volée, grand travail de l’année agricole, est une technique simple qu’en apparence. C’était d’ailleurs une tâche réservée à l’homme le plus qualifié de la (...)

  • MAITRISE DU BETAIL

    L’aiguillon à bœuf

    L’aiguillon est un accessoire utilitaire pour stimuler ou guider dans la direction souhaitée le bétail notamment les bœufs lors du travail aux champs et pour la conduite des charrettes. Ce (...)

  • BON SENS ET MAXIMES

    Utiles observations d’un paysan de Fraissinet (Auriac-l’Eglise)

    Dans son livre « La terre sacrée » (1930) sur l’histoire d’une famille paysanne de 1623 à 1930 au hameau de Fraissinet, commune d’Auriac-l’Eglise, le capitaine de dragon Jean-Louis Boudon (...)

  • USAGES

    L’indispensable sac de jute pour le grain et la farine

    Utilisé depuis des siècles pour conditionner, transporter des denrées, conserver, commercialiser, le sac en toile de jute, matière de fibre naturelle, était d’un usage courant dès le cours du (...)

  • REGLES DU FERMAGE

    Exemple d’un bail rural des années 1930 à Charmensac

    Le bail rural est un contrat pour la location d’une propriété rurale entre un exploitant et le propriétaire du bien régit par le Code Rural.. Au cours du 20ème siècle le bail rural agricole a (...)

  • ARCHEOLOGIE

    Conférence sur un site archéologique majeur de la vallée de la Sianne

    Depuis plusieurs années les chantiers de fouilles sur le plateau basaltique de Lermu livrent des secrets sur les lointains occupants de notre vallée. Fabien Delrieu nous dira tout sur ce site (...)

  • DESTINATION

    Le Cézallier, la nature, les grands espaces...

    Le Cézallier, paradis des formes et des couleurs... un territoire unique en France, fabuleusement attirant. A découvrir son patrimoine en toute saison.

  • HEBERGEMENT TOURISTIQUE

    Un nouveau gîte municipal à Auriac-l’Eglise

    Entièrement rénové et aménagée l’ancienne école située au centre du bourg d’Auriac-l’Eglise offre désormais un lieu d’hébergement familial et modulable de qualité jusqu’à 10 personnes.

  • GENRE DE VIE

    Notre exposition d’aquarelles sur les burons, actualisée, sera présentée cet été à Vèze

    Une quinzaine de nouvelles reproductions d’aquarelles sur les burons situés sur la commune de Vèze viennent d’être réalisées par l’artiste Alain Delteil. A voir dès le 20 juillet 2024 à la salle (...)


Patrimoine
Le Bâti
A+  A-    Imprimer

Les petits bâtiments d’élevage

BATI ANNEXE DE LA FERME
Typologie de soues à cochons
Typologie de soues à cochons

Malgré sa petite taille le bâtiment d’élevage des porcs est l’une des parties constituantes les plus importantes d’une ferme après la grange-étable. Les loges à porcs étaient quasiment présentes dans toutes les fermes du Cézallier autrefois.

L’élevage du porc était très économique. L’animal se nourrissant essentiellement de petit lait, de pommes de terre impropres à la consommation humaine et de son.
Indépendantes ou attenantes à la maison-bloc, les loges à porcs séparées en plusieurs compartiments indépendants qui pouvaient contenir plusieurs cochons étaient de véritables petites maisons édifiées avec soin, toujours bien exposées. Lorsque la configuration du terrain le permettait, l’entrée des loges était au sud.
On retrouve quatre types de bâtiments d’élevages de porcs situés dans la cour de la ferme, et particularité du Cézallier, systématiquement aux burons sur les estives :
- les loges indépendantes,
- les loges appentis,
- les loges sous la montade
- les loges associées aux burons des estives


MAISONS MINIATURES
Loges indépendantes du corps de ferme
Loges indépendantes du corps de ferme

Les loges isolées sont construites au centre de l’espace d’une cour semi-ouverte ou fermée. On peut assimiler ces petites constructions à une réplique miniature de la ferme tant le soin apporté à sa construction était recherché.

La loge possède soit une toiture à deux pans, soit à un seul pan mais ses matériaux de couverture sont presque toujours identiques à ceux des autres constructions de la ferme. La ventilation et l’éclairage du local se font grâce à une baie de taille réduite présente sur la façade sur laquelle se trouve aussi la petite porte.

Certaines loges sont construites avec un certain art, depuis le chaînage des angles parfaitement intégré au gros oeuvre jusqu’aux encadrements en pierre de taille.


TEMOINS DE LA VIE EN AUTARCIE
Petites loges en appentis
Petites loges en appentis

Pour un grand nombre de fermes du Cézallier les loges à porcs prennent la taille et la forme d’un modeste appentis à l’esthétisme réduit au minimum adossé soit à la façade du corps de ferme ou soit contre le pignon de la maison ou de la grange.

Parfois les loges sont construites perpendiculairement à la façade. Le petit bâtiment d’élevage est couvert d’un toit à une seule pente sous lequel se trouve souvent une remise en comble au-dessus des compartiments.

On trouve aussi des loges à porcs combinées avec un poulailler, un pigeonnier ou encore une remise en comble au dessus des compartiments.


UN ESPACE VALORISE
Loges sous la rampe d’accès à la grange
Loges sous la rampe d’accès à la grange

La rampe d’accès à la grange de la ferme abrite parfois un ou deux compartiments à porcs tout au plus, faute de place due au degré d’inclinaison des murs de soubassement. Cette configuration n’est possible que lorsque l’accès à la grange se fait en mur gouttereau principal.

ELEVAGES SUR LES ESTIVES
Loges aux burons
Loges aux burons

L’élevage d’un grand nombre de porcs était presque général dans les burons du Cézallier. Incorporé à l’élevage des bovins les porcs contribuaient à la rentabilité de l’estivage pour les propriétaires des montagnes.

Buron de Fortuniers

Dans les burons du Cézallier il y avait, plusieurs dizaines de porcs et de porcelets engraissés pour les besoins de la ferme et ceux destinés à la vente à la fin de l’été. Généralement ils étaient acheminés sur les montagnes en même temps que les vaches par le train et par la suite en camion. 

Toutefois, certaines vacheries montaient les porcs plusieurs jours après les vaches et les descendaient plus tard afin d’achever les provisions de petit-lait.

Les porcs élevés à la montagne et vendus après l’estive étaient très appréciés notamment par les bouchers des grandes villes du Cantal. Lors des foires à Allanche, Maillargues et Pradiers, les porcs y figuraient par centaines sur les foirails.
Durant l’estive, les cochons, parfois lâchés dans la montagne à proximité du buron, mangeaient principalement dans la fumade où ils soulevaient les mottes de gazon et les déjections desséchées des vaches.

L’accès aux loges se faisait généralement par l’intermédiaire de petits enclos bâtis à l’avant. Ces courettes étaient ceintes d’un muret d’environ 1,10m de hauteur dans lequel était pratiquée une porte ouvrant sur l’extérieur.
Les entrées des loges, toujours très basses, s’ouvraient sur les courettes, et ne dépassaient pas 1,50m de hauteur. L’intérieur était voûté ou parfois couvert d’une charpente. Les sols des loges et des courettes étaient fréquemment pavés.

PATRIMOINE

L’eau

La Sianne, notre rivière

Cascades : la magie de l’eau

Mémoire d’eau

Les abreuvoirs

Les sources ferrugineuses

Les puits

Les moulins de la vallée de la Sianne

Les ponts de pierre

Les passages à gué

Les passerelles primitives sur la Sianne

Les lavoirs du XXème siècle

Les meules des moulins

Les moulins hydrauliques

Les moulins à réservoir

Les moulins de communautés villageoises

L’irrigation le long de la Sianne

Les fontaines

Les milieux humides

Les retenues à travers la Sianne

Le pays

Les gens

Le plateau du Cézallier

Sucs et volcans

Routes et chemins

Des sites et des légendes

La faune

La flore

Sites d’intérêt européen

La vallée de la Sianne en Haute-Auvergne

Toponymie

Les grottes

Roches et rochers

Les communes et leurs villages

Mobilier et art populaire

Les Activités

La production du miel

Les charbonnières

L’estive sur le Cézallier Cantalien

Les mines

Traditions culinaires

Objets et machines

Activités traditionnelles

Les Palhàs

Le ferrage des animaux

Les fours à chaux

L’élevage du mouton

La vie scolaire

La vie agricole : le travail (1)

Les prés-vergers

Le portage

Les activités itinérantes

L’usage du feu dans la maison traditionnelle

L’eau dans la salle commune

Le temps du couchage

Ranger et conserver

La conscription

Production laitière

Modes de vie

Manger en commun

La vie agricole : témoignages (2)

La vie agricole : outils et techniques (3)

Le Bâti

Les maisons de bergers

Les abris à colombinés

Les fermes traditionnelles

Les châteaux

Les maisons fortes

Les maisons d’écoles

Les abris vernaculaires

Les symboles sur le bâti ancien

Les fours à pain communaux

Burons du Cézallier oriental

Les petits bâtiments d’élevage

Les toitures du Cézallier cantalien

Les murets en pierre sèche

Les sols en pierre

Les fours à pain privatifs

Maisons paysannes du Cézallier

L’habitat protohistorique

Le Sacré

La Résistance (39-45)

Les églises

Les chapelles

Les retables

Cloches et clochers

Les pèlerinages à Laurie et au Bru de Charmensac

Les vitraux religieux

Les Tumulus

Les cimetières communaux

Les monuments aux morts

Objets du culte catholique

La statuaire des églises

Les bannières
de procession

Les oratoires

Les vêtements liturgiques

L’imagerie médiévale religieuse

Les objets de piété

Des pratiques religieuses collectives

Les autels en marbre blanc

Les reliquaires