• NOUVELLE EXPOSITION

    Du grain au pain, mémoire du travail de la terre dans le Cézallier

    Au hameau de La Sagne (commune de Charmensac) du 13 juillet au 18 août une nouvelle exposition "Du grain au pain" mettra en valeur le travail agricole des siècles passés sur une trentaine de (...)

  • ESTIVALES 2024

    Un programme de découvertes et d’histoires

    Durant tout l’été l’association Cézallier vallée de la Sianne propose différentes manifestations patrimoniales lors de ses 23èmes estivales 2024. Une occasion d’entrer dans la mémoire (...)

  • TRAVAIL DU SOL

    Le racloir pour charrue de labour

    Le racloir pour charrue tirée par les bœufs ou un tracteur est un petit outil banal mais d’une grand utilité pour assurer un labour correct sur l’ensemble d’une parcelle. Il était utilisé (...)

  • SEMAILLES D’AUTOMNE

    Le semis à la volée

    Le semis traditionnel d’automne à la volée, grand travail de l’année agricole, est une technique simple qu’en apparence. C’était d’ailleurs une tâche réservée à l’homme le plus qualifié de la (...)

  • MAITRISE DU BETAIL

    L’aiguillon à bœuf

    L’aiguillon est un accessoire utilitaire pour stimuler ou guider dans la direction souhaitée le bétail notamment les bœufs lors du travail aux champs et pour la conduite des charrettes. Ce (...)

  • BON SENS ET MAXIMES

    Utiles observations d’un paysan de Fraissinet (Auriac-l’Eglise)

    Dans son livre « La terre sacrée » (1930) sur l’histoire d’une famille paysanne de 1623 à 1930 au hameau de Fraissinet, commune d’Auriac-l’Eglise, le capitaine de dragon Jean-Louis Boudon (...)

  • USAGES

    L’indispensable sac de jute pour le grain et la farine

    Utilisé depuis des siècles pour conditionner, transporter des denrées, conserver, commercialiser, le sac en toile de jute, matière de fibre naturelle, était d’un usage courant dès le cours du (...)

  • REGLES DU FERMAGE

    Exemple d’un bail rural des années 1930 à Charmensac

    Le bail rural est un contrat pour la location d’une propriété rurale entre un exploitant et le propriétaire du bien régit par le Code Rural.. Au cours du 20ème siècle le bail rural agricole a (...)

  • ARCHEOLOGIE

    Le suc de Lermu, un site archéologique majeur de la vallée de la Sianne

    Depuis plusieurs années les chantiers de fouilles sur le plateau basaltique de Lermu livrent des secrets sur les lointains occupants de notre vallée. Fabien Delrieu, archéologue a fait le point (...)

  • DESTINATION

    Le Cézallier, la nature, les grands espaces...

    Le Cézallier, paradis des formes et des couleurs... un territoire unique en France, fabuleusement attirant. A découvrir son patrimoine en toute saison.


Patrimoine
L’eau
A+  A-    Imprimer

Les sources ferrugineuses

Le département du Cantal est l’une des contrées de France ou l’on observe le plus grand nombre de sources minérales acidules, salines et ferrugineuses, mais la plupart fournissent très peu de débits et ne peuvent donc devenir objet d’une exploitation importante.

La présence d’une dizaine de sources salées dans la vallée de la Sianne n’est d’ailleurs pas un phénomène rare en Auvergne, mais il reste étonnant lorsqu’on le découvre au point d’émergence à la surface de la terre.Présentation des trois principales sources ferrugineuses du fond de vallée.

COUPE JAMBES
Source de Chantejail
Source de Chantejail

La source, toujours répertoriée sur les cartes de l’IGN, est connue depuis fort longtemps par les habitants du secteur et bien au-delà, à Blesle et Massiac.

La source ferrugineuse du bois du four est située dans un site sauvage en contrebas du village de Chantejail sur le ruisseau du Roulier entre Chazelles et Terret.

Entourée par un mur en pierre, fermée par une grille en fer, la résurgence est par intermittence agitée par des bulles de gaz. Canalisée, l’eau arrive dans une sorte de réservoir carré en pierre recouvert d’une croûte rouge sang signe de sa forte teneur en fer.

L’accumulation du gaz carbonique expulsé vers la surface ne se concentre pas uniquement à la source. Le phénomène se reproduit aussi dans le ruisseau du Roulier d’où s’échappent dans un mouvement perpétuel des myriades de bulles gazeuses.

Au début du 20ème siècle on pouvait se procurer l’eau gazeuse et ferrugineuse de Chantejail à Blesle et à Massiac. Les anciens qui se rappellent y avoir goûté disent que l’eau de cette source ouvre l’appétit, mais coupe les jambes de celui qui fait un gros effort après sa consommation . Elle semble meilleure avalée sur place que ramenée dans une bouteille.

De nombreuses familles de Chazelles et Terret se souviennent d’avoir bu l’eau de la source, les points d’eau n’étaient pas très nombreux dans cette partie de la vallée. Mais il fallait la recueillir avec précaution. "On prenait soin disent-elles de vider le réservoir pour laisser revenir une eau propre avant de remplir quelques bouteilles".

Si sa date d’exploitation artisanale est incertaine, l’on sait par contre que vers 1910, une femme de Massiac venait avec son cheval et sa carriole remplir des bouteilles qu’elle revendait sur le marché.


L’EAU DE LA MINE
La source de la Pyronnée
La source de la Pyronnée

La source ferrugineuse bien cachée dans le bois de Combalut (Feydit/Chanet), près de l’ancienne mine d’antimoine, est connue depuis de nombreux siècles sous le nom de « Source de la Pyronnée de Conches ».

Pour découvrir aujourd’hui la source de la pyronnée, il faut emprunter le pont en dos d’âne sur la Sianne et suivre un étroit chemin qui conduit à mi-pente du versant près d’une ancienne mine d’antimoine (Chanet/Feydit) dont l’ouverture porte encore le bois de soutènement de la galerie.

Un abri en pierre, autrefois fermé par un portail, protège la source. Au fond, une margèle accueillait durant l’exploitation de la mine une statuette de la vierge, mise là par les mineurs.

La couleur rouge, au niveau de la résurgence et de l’écoulement des sources, est liée aux oxydes de fer formés lors du contact du fer dissous dans l’eau minérale avec l’oxygène de l’air.

Une description de 1828

L’édition de 1828 du Dictionnaire statistique du Cantal décrivait ainsi la source de la Pyronnée : "La source de la Pyronnée, qui est très anciennement connue, est située vers la partie la plus basse d’un taillis de hêtres qui recouvre les pentes du communal de Combalu. A sa sortie du granite, elle est divisée en plusieurs filets qui se réunissent dans un petit bassin, au-dessus duquel est construite une cabane en maçonnerie.

L’eau minérale est claire, limpide, inodore, d’une saveur piquante et agréable ; sa température est de plus de 10 degrés centigrades. On remarque sur son passage une boue rougeâtre assez abondante.

Les eaux de la Pyronnée renferment de l’acide carbonique, du bicarbonate de fer, et de petites quantités de bicarbonates alcalins et terreux. On n’a point encore fait une analyse complète de ces liquides.

Les observations recueillies par les docteurs Farradesche-Chaubasse, Labranche et Mourguye, tendent à prouver que ces eaux sont utiles dans l’atonie du tube digestif, la chlorose, la leucorrhée, le catarrhe vésical chronique et la convalescence des fièvres intermittentes. Elles sont assez fréquentées pendant la bonne saison : les buveurs trouvent des logements à l’hôtel du Moulin-de-la-Pyronnée. (lui est situé à 400 mètres au dessous du communal de Combalu".

La source et sa fontaine inonde en permanence l’ancien carreau de l’ancienne mine d’antimoine

LA FONTAINE SALEE
Source de Favarède
Source de Favarède

La source du bois de Favarède, en partie canalisée, facilement repérable par les traces rougeâtres qui marquent son passage sur la roche, est située en fond de vallée, non loin de la Sianne.

La fontaine salée de Favarède, accessible à quelques mètres de la départemental du fond de vallée, est communément appelée par les anciens de Vèze et de Molèdes « la fontaine salée ».

Cette source est en partie canalisée par un petit tuyau installé par les utilisateurs des villages environnants. Le conduit laisse échapper en permanence un léger filet d’eau au fort goût de sel.


PATRIMOINE

L’eau

La Sianne, notre rivière

Cascades : la magie de l’eau

Mémoire d’eau

Les abreuvoirs

Les sources ferrugineuses

Les puits

Les moulins de la vallée de la Sianne

Les ponts de pierre

Les passages à gué

Les passerelles primitives sur la Sianne

Les lavoirs du XXème siècle

Les meules des moulins

Les moulins hydrauliques

Les moulins à réservoir

Les moulins de communautés villageoises

L’irrigation le long de la Sianne

Les fontaines

Les milieux humides

Les retenues à travers la Sianne

Le pays

Les gens

Le plateau du Cézallier

Sucs et volcans

Routes et chemins

Des sites et des légendes

La faune

La flore

Sites d’intérêt européen

La vallée de la Sianne en Haute-Auvergne

Toponymie

Les grottes

Roches et rochers

Les communes et leurs villages

Mobilier et art populaire

Les Activités

La production du miel

Les charbonnières

L’estive sur le Cézallier Cantalien

Les mines

Traditions culinaires

Objets et machines

Activités traditionnelles

Les Palhàs

Le ferrage des animaux

Les fours à chaux

L’élevage du mouton

La vie scolaire

La vie agricole : le travail (1)

Les prés-vergers

Le portage

Les activités itinérantes

L’usage du feu dans la maison traditionnelle

L’eau dans la salle commune

Le temps du couchage

Ranger et conserver

La conscription

Production laitière

Modes de vie

Manger en commun

La vie agricole : témoignages (2)

La vie agricole : outils et techniques (3)

Le Bâti

Les maisons de bergers

Les abris à colombinés

Les fermes traditionnelles

Les châteaux

Les maisons fortes

Les maisons d’écoles

Les abris vernaculaires

Les symboles sur le bâti ancien

Les fours à pain communaux

Burons du Cézallier oriental

Les petits bâtiments d’élevage

Les toitures du Cézallier cantalien

Les murets en pierre sèche

Les sols en pierre

Les fours à pain privatifs

Maisons paysannes du Cézallier

L’habitat protohistorique

Le Sacré

La Résistance (39-45)

Les églises

Les chapelles

Les retables

Cloches et clochers

Les pèlerinages à Laurie et au Bru de Charmensac

Les vitraux religieux

Les Tumulus

Les cimetières communaux

Les monuments aux morts

Objets du culte catholique

La statuaire des églises

Les bannières
de procession

Les oratoires

Les vêtements liturgiques

L’imagerie médiévale religieuse

Les objets de piété

Des pratiques religieuses collectives

Les autels en marbre blanc

Les reliquaires