• NOUVELLE EXPOSITION

    Du grain au pain, mémoire du travail de la terre dans le Cézallier

    Au hameau de La Sagne (commune de Charmensac) du 13 juillet au 18 août une nouvelle exposition "Du grain au pain" mettra en valeur le travail agricole des siècles passés sur une trentaine de (...)

  • ESTIVALES 2024

    Un programme de découvertes et d’histoires

    Durant tout l’été l’association Cézallier vallée de la Sianne propose différentes manifestations patrimoniales lors de ses 23èmes estivales 2024. Une occasion d’entrer dans la mémoire (...)

  • TRAVAIL DU SOL

    Le racloir pour charrue de labour

    Le racloir pour charrue tirée par les bœufs ou un tracteur est un petit outil banal mais d’une grand utilité pour assurer un labour correct sur l’ensemble d’une parcelle. Il était utilisé (...)

  • SEMAILLES D’AUTOMNE

    Le semis à la volée

    Le semis traditionnel d’automne à la volée, grand travail de l’année agricole, est une technique simple qu’en apparence. C’était d’ailleurs une tâche réservée à l’homme le plus qualifié de la (...)

  • MAITRISE DU BETAIL

    L’aiguillon à bœuf

    L’aiguillon est un accessoire utilitaire pour stimuler ou guider dans la direction souhaitée le bétail notamment les bœufs lors du travail aux champs et pour la conduite des charrettes. Ce (...)

  • BON SENS ET MAXIMES

    Utiles observations d’un paysan de Fraissinet (Auriac-l’Eglise)

    Dans son livre « La terre sacrée » (1930) sur l’histoire d’une famille paysanne de 1623 à 1930 au hameau de Fraissinet, commune d’Auriac-l’Eglise, le capitaine de dragon Jean-Louis Boudon (...)

  • USAGES

    L’indispensable sac de jute pour le grain et la farine

    Utilisé depuis des siècles pour conditionner, transporter des denrées, conserver, commercialiser, le sac en toile de jute, matière de fibre naturelle, était d’un usage courant dès le cours du (...)

  • REGLES DU FERMAGE

    Exemple d’un bail rural des années 1930 à Charmensac

    Le bail rural est un contrat pour la location d’une propriété rurale entre un exploitant et le propriétaire du bien régit par le Code Rural.. Au cours du 20ème siècle le bail rural agricole a (...)

  • ARCHEOLOGIE

    Le suc de Lermu, un site archéologique majeur de la vallée de la Sianne

    Depuis plusieurs années les chantiers de fouilles sur le plateau basaltique de Lermu livrent des secrets sur les lointains occupants de notre vallée. Fabien Delrieu, archéologue a fait le point (...)

  • DESTINATION

    Le Cézallier, la nature, les grands espaces...

    Le Cézallier, paradis des formes et des couleurs... un territoire unique en France, fabuleusement attirant. A découvrir son patrimoine en toute saison.


Patrimoine
L’eau
A+  A-    Imprimer

Les retenues à travers la Sianne

Sur le cours de la Sianne dans sa partie du fond de vallée, des retenues (pillières) ont été construites principalement de la fin du 19ème siècle au milieu du XXème. Ces barrages à travers la rivière permettaient des amenées d’eau pour le fonctionnement des divers moulins sur la Sianne. Ces retenues sont pour la plupart encore visibles malgré la cessation d’activité de la molinologie dans la vallée depuis plusieurs décennies. Des aménagements pour laissez-passer les saumons sont en cours. Mais la principale retenue sur la Sianne est constitué par un barrage près du hameau de la Terrisse et qui forme un lac de plus de 7ha.

AU BORD DES ESTIVES DU CEZALLIER
Le lac de la Terrisse (Vèze)
Le lac de la Terrisse (Vèze)

Le lac situé à proximité du hameau de la Terrisse sur la commune de Vèze (Cantal) ralenti momentanément le cours de la rivière Sianne affluent de l’Allagnon, qui prend sa source quelques kilomètres en aval sur les estives du Cézallier, près du buron de Tioulouse-Haut (Commune d’Anzat-le-Luguet).

Ce lac artificiel semble avoir toujours été là tant il s’intègre parfaitement au paysage privilégié de la montagne d’estive à 1260m d’altitude. Il couvre une superficie d’environ 7ha retenant un volume de 210 000m3 d’eau, pour un bassin versant de 16km2. La Sianne se trouve ainsi dérivée par un barrage de 9,8m de hauteur servant de prise d’eau et un répartiteur. Le cours de la rivière est ainsi divisé en deux. Une partie de l’eau va dans une conduite forcée pour alimenter une microcentrale, l’autre reprend le lit historique de la Sianne jusqu’à la chute de la cascade de la Terrisse (13m).

Cette retenue qui forme aujourd’hui le lac a inondé une parcelle de prairie après l’accord du Conseil Municipal le 8 août 1979 qui a autorisé la construction d’un barrage et la construction d’une microcentrale hydroélectrique.

Le barrage a été construit en matériaux compactés avec un coeur en argile au lieudit "Goutille". De là, une conduite forcée de 2.300m serpente la montagne avec un dénivelé de 250m. Cette force hydraulique alimente la microcentrale édifiée au lieudit "les eaux" qui comprend une turbine Pelton d’une puissance de 1240Kwh. A la sortie de la microcentrale l’eau est rejetée dans le ruisseau de la Fontaine Saint-Martin qui rejoint le lit historique de la Sianne près du hameau de La Tour.

Prévue à l’origine pour des crues centenales, des travaux récents ont été effectués pour supporter des crues milléniales, autant dire qu’ils représentent un haut niveau de sécurité pour le barrage. Actuellement le lac est uniquement accessible pour la pêche gérée par l’AAPPMA d’Allanche.
---------------
Sources : Dossier de renouvellement d’autorisation d’exploitation Sage/Alagnon/2017

ENERGIE HYDRAULIQUE
Canaliser la force de l’eau pour les moulins
Canaliser la force de l’eau pour les moulins

La plupart des moulins étaient construits à l’écart de la Sianne ou de ses affluents, ils captaient l’eau par un bief d’amont. L’énergie hydraulique mettait en oeuvre les mécanismes de différentes manières selon l’emplacement des bâtiments, la nature géographique du terrain et le débit du cours d’eau.

Un petit barrage (pillière) sur la Sianne dirige l’eau vers un bief (moulin Tissidre, Auriac-Bas)

L’aménagement des biefs pour alimenter en eau les moulins nécessitait parfois de gros travaux. Il fallait élever des digues, une chaussée sur une distance plus ou moins longue, construire un solide barrage à travers les cours d’eau, notamment sur la Sianne.
Certains de ces systèmes d’amenée de l’eau existent encore aujourd’hui à proximité des anciens moulins et certains servent toujours pour l’irrigation des prés.

Elément essentiel pour le fonctionnement du moulin, le bief donnait la vitesse et la force à l’eau pour mouvoir une roue ou une meule, alimenter les turbines électriques. Plus la pente était faible, plus le barrage sur le cour d’eau était éloigné et le bief étirait en longueur. Si l’on voulait avoir un bon rendement au moulin et une force d’eau correcte, le curage régulier du bief d’amenée devait être effectué chaque année. Par commodité, il se faisait en période de moindre activité au moulin.

On peut toujours voir des biefs aux hameaux de La Tour (Vèze) de la Croze (Auriac-l’Eglise), près des moulins hydrauliques d’Auriac-bas.


ECOLOGIE
La passe aux saumons de Ferrière-Bas
La passe aux saumons de Ferrière-Bas

Dans le cadre du Contrat Territorial Alagnon les barrages sur la Sianne sont progressivement aménagés pour permettre le passage des poissons. Exemple le plus récent au lieu-dit Ferrière-Bas où une passe aux poissons permet désormais le passage des saumons.

La présence de plusieurs obstacles à la continuité écologique de la rivière limitait depuis de nombreuses années les capacités de développement des espèces migratrices. La Sianne était pourtant autrefois un haut lieu de la reproduction de la truite fario et du saumon atlantique.

Au lieux-dit Ferrière-Bas a été créée une passe aux poissons permettant désormais la réouverture de 7 kms de rivière aux poissons migrateurs.

PATRIMOINE

L’eau

La Sianne, notre rivière

Cascades : la magie de l’eau

Mémoire d’eau

Les abreuvoirs

Les sources ferrugineuses

Les puits

Les moulins de la vallée de la Sianne

Les ponts de pierre

Les passages à gué

Les passerelles primitives sur la Sianne

Les lavoirs du XXème siècle

Les meules des moulins

Les moulins hydrauliques

Les moulins à réservoir

Les moulins de communautés villageoises

L’irrigation le long de la Sianne

Les fontaines

Les milieux humides

Les retenues à travers la Sianne

Le pays

Les gens

Le plateau du Cézallier

Sucs et volcans

Routes et chemins

Des sites et des légendes

La faune

La flore

Sites d’intérêt européen

La vallée de la Sianne en Haute-Auvergne

Toponymie

Les grottes

Roches et rochers

Les communes et leurs villages

Mobilier et art populaire

Les Activités

La production du miel

Les charbonnières

L’estive sur le Cézallier Cantalien

Les mines

Traditions culinaires

Objets et machines

Activités traditionnelles

Les Palhàs

Le ferrage des animaux

Les fours à chaux

L’élevage du mouton

La vie scolaire

La vie agricole : le travail (1)

Les prés-vergers

Le portage

Les activités itinérantes

L’usage du feu dans la maison traditionnelle

L’eau dans la salle commune

Le temps du couchage

Ranger et conserver

La conscription

Production laitière

Modes de vie

Manger en commun

La vie agricole : témoignages (2)

La vie agricole : outils et techniques (3)

Le Bâti

Les maisons de bergers

Les abris à colombinés

Les fermes traditionnelles

Les châteaux

Les maisons fortes

Les maisons d’écoles

Les abris vernaculaires

Les symboles sur le bâti ancien

Les fours à pain communaux

Burons du Cézallier oriental

Les petits bâtiments d’élevage

Les toitures du Cézallier cantalien

Les murets en pierre sèche

Les sols en pierre

Les fours à pain privatifs

Maisons paysannes du Cézallier

L’habitat protohistorique

Le Sacré

La Résistance (39-45)

Les églises

Les chapelles

Les retables

Cloches et clochers

Les pèlerinages à Laurie et au Bru de Charmensac

Les vitraux religieux

Les Tumulus

Les cimetières communaux

Les monuments aux morts

Objets du culte catholique

La statuaire des églises

Les bannières
de procession

Les oratoires

Les vêtements liturgiques

L’imagerie médiévale religieuse

Les objets de piété

Des pratiques religieuses collectives

Les autels en marbre blanc

Les reliquaires