• NOUVELLE EXPOSITION

    Du grain au pain, mémoire du travail de la terre dans le Cézallier

    Au hameau de La Sagne (commune de Charmensac) du 13 juillet au 18 août une nouvelle exposition "Du grain au pain" mettra en valeur le travail agricole des siècles passés sur une trentaine de (...)

  • ESTIVALES 2024

    Un programme de découvertes et d’histoires

    Durant tout l’été l’association Cézallier vallée de la Sianne propose différentes manifestations patrimoniales lors de ses 23èmes estivales 2024. Une occasion d’entrer dans la mémoire (...)

  • TRAVAIL DU SOL

    Le racloir pour charrue de labour

    Le racloir pour charrue tirée par les bœufs ou un tracteur est un petit outil banal mais d’une grand utilité pour assurer un labour correct sur l’ensemble d’une parcelle. Il était utilisé (...)

  • SEMAILLES D’AUTOMNE

    Le semis à la volée

    Le semis traditionnel d’automne à la volée, grand travail de l’année agricole, est une technique simple qu’en apparence. C’était d’ailleurs une tâche réservée à l’homme le plus qualifié de la (...)

  • MAITRISE DU BETAIL

    L’aiguillon à bœuf

    L’aiguillon est un accessoire utilitaire pour stimuler ou guider dans la direction souhaitée le bétail notamment les bœufs lors du travail aux champs et pour la conduite des charrettes. Ce (...)

  • BON SENS ET MAXIMES

    Utiles observations d’un paysan de Fraissinet (Auriac-l’Eglise)

    Dans son livre « La terre sacrée » (1930) sur l’histoire d’une famille paysanne de 1623 à 1930 au hameau de Fraissinet, commune d’Auriac-l’Eglise, le capitaine de dragon Jean-Louis Boudon (...)

  • USAGES

    L’indispensable sac de jute pour le grain et la farine

    Utilisé depuis des siècles pour conditionner, transporter des denrées, conserver, commercialiser, le sac en toile de jute, matière de fibre naturelle, était d’un usage courant dès le cours du (...)

  • REGLES DU FERMAGE

    Exemple d’un bail rural des années 1930 à Charmensac

    Le bail rural est un contrat pour la location d’une propriété rurale entre un exploitant et le propriétaire du bien régit par le Code Rural.. Au cours du 20ème siècle le bail rural agricole a (...)

  • ARCHEOLOGIE

    Le suc de Lermu, un site archéologique majeur de la vallée de la Sianne

    Depuis plusieurs années les chantiers de fouilles sur le plateau basaltique de Lermu livrent des secrets sur les lointains occupants de notre vallée. Fabien Delrieu, archéologue a fait le point (...)

  • DESTINATION

    Le Cézallier, la nature, les grands espaces...

    Le Cézallier, paradis des formes et des couleurs... un territoire unique en France, fabuleusement attirant. A découvrir son patrimoine en toute saison.


Patrimoine
L’eau
A+  A-    Imprimer

Les meules des moulins

Pas de moulins sans meules. C’est à la meule que le moulin doit son nom.Les meules de pierre ont été jusqu’à leur remplacement par les cylindres métalliques à la fin du XIXème siècle la seule façon de travailler le grain.
De la qualité et du bon état de la pierre meulière dépendait la qualité de la mouture des céréales.
Dans tous les anciens moulins les meules avaient leur importance. Elles étaient un élément essentiel de la fabrique.
Aujourd’hui, les meules disséminées dans toute la vallée, portent encore le témoignage de leur rôle dans les anciens moulins.

APPAREILLAGE
Le rôles des meules de pierre
Le rôles des meules de pierre

Dans les moulins traditionnels, les meules en pierre étaient un élément essentiel de l’activité meunière. Il y avait toujours deux meules l’une sur l’autre. Celle du dessous "la grisante ou la dormante" restait immobile solidement encastrée dans un cadre de bois.
Celle du dessus, "la tournante" était supportée uniquement par un pivot emmanché dans l’oeillard et qui la faisait tourner sans jamais frotter la meule du dessous.

Afin d’assurer une mouture correcte, les deux meules devaient être posée parfaitement à l’horizontale. Du bon écartement dépendait la bon fonctionnement. Il devait être réglé avec précision suivant qu’il fallait moudre du blé, du seigle ou de l’orge. Le grain pris entre les deux meules était chassé progressivement vers la périphérie par la force centrifuge, aidé par des rainures obliques régulièrement entretenues.
Beaucoup de meules traînent encore près des anciens moulins de la vallée de la Sianne.

SAVOIR FAIRE
Le repiquage des meules
Le repiquage des meules

Quand une meule était usée elle devenait lisse et perdait de son efficacité. Le meunier devait alors piquer la pierre pour refaire le rugueux de la surface, le mordant, et redessiner les sillons. Cette opération de maintenance s’appelait "le rhabillage". Le meunier utilisait un outil spécifique, la mailloche, afin de rétablir la régularité et les stries de la meule.

Au bout de quelques semaines d’utilisation le meunier devait donc piquer la pierre pour refaire les sillons de la pierre gisante et de la tournante. "On disait qu’elles commençaient à être lasse". Cette opération de maintenance était longue et minutieuse. Une meule mal repiquée pouvait provoquer un incendie et la perte du moulin.

Le rhabilleur était souvent le meunier lui-même. Ce travail long et fatigant se pratiquait à genoux, sur un vieux sac. Le meunier piquait chaque meule millimètre par millimètre avec la mailloche composée d’un manche avec une tête à deux pointes carrées en acier.

Piquer la meule ne s’improvisait pas. La technique demandait une habileté acquise au fil des années, avec le travail et l’expérience.

SENS PRATIQUE
La deuxième vie des pierres meulières
La deuxième vie des pierres meulières

Les meules usagées des anciens moulins traditionnels de la vallée de la Sianne se retrouvent aujourd’hui dispersées dans les villages. Les habitants leur ont donné de nouveaux usages. On les retrouve chez des particuliers transformées en table de jardin, encastrées dans un mur, servant de couverture à une terrasse, faisant office de toiture pour un puits... Cette deuxième vie des pierres meulières offre parfois bien des surprises.

TRADITIONS
Les meules christianisées
Les meules christianisées

Par superstition ou par commodité, des anciennes meules ont été réutilisées comme socle de croix. Dans certaines régions françaises, notamment en Auvergne, on croyait autrefois que les meules étaient dotées de pouvoirs magiques parce qu’elles faisaient du bruit. Les chercheurs s’interrogent si c’est pour cette raison que certaines meules anciennes ont été christiannisées en maints endroits, servant de support à une croix. Plusieurs exemples dans la vallée de la Sianne.

La croix de pierre au hameau de Lussaud (Laurie), a comme socle une ancienne meule à chanvre.
La simple croix de bois dite "du mauvais pas", près du hameau de La Croze (Auriac-l’Eglise) est emmanchée dans l’oeillard d’une meule néolithique, comme la croix en fer forgé au hameau de Chazelle (Auriac-l’Eglise).

PATRIMOINE

L’eau

La Sianne, notre rivière

Cascades : la magie de l’eau

Mémoire d’eau

Les abreuvoirs

Les sources ferrugineuses

Les puits

Les moulins de la vallée de la Sianne

Les ponts de pierre

Les passages à gué

Les passerelles primitives sur la Sianne

Les lavoirs du XXème siècle

Les meules des moulins

Les moulins hydrauliques

Les moulins à réservoir

Les moulins de communautés villageoises

L’irrigation le long de la Sianne

Les fontaines

Les milieux humides

Les retenues à travers la Sianne

Le pays

Les gens

Le plateau du Cézallier

Sucs et volcans

Routes et chemins

Des sites et des légendes

La faune

La flore

Sites d’intérêt européen

La vallée de la Sianne en Haute-Auvergne

Toponymie

Les grottes

Roches et rochers

Les communes et leurs villages

Mobilier et art populaire

Les Activités

La production du miel

Les charbonnières

L’estive sur le Cézallier Cantalien

Les mines

Traditions culinaires

Objets et machines

Activités traditionnelles

Les Palhàs

Le ferrage des animaux

Les fours à chaux

L’élevage du mouton

La vie scolaire

La vie agricole : le travail (1)

Les prés-vergers

Le portage

Les activités itinérantes

L’usage du feu dans la maison traditionnelle

L’eau dans la salle commune

Le temps du couchage

Ranger et conserver

La conscription

Production laitière

Modes de vie

Manger en commun

La vie agricole : témoignages (2)

La vie agricole : outils et techniques (3)

Le Bâti

Les maisons de bergers

Les abris à colombinés

Les fermes traditionnelles

Les châteaux

Les maisons fortes

Les maisons d’écoles

Les abris vernaculaires

Les symboles sur le bâti ancien

Les fours à pain communaux

Burons du Cézallier oriental

Les petits bâtiments d’élevage

Les toitures du Cézallier cantalien

Les murets en pierre sèche

Les sols en pierre

Les fours à pain privatifs

Maisons paysannes du Cézallier

L’habitat protohistorique

Le Sacré

La Résistance (39-45)

Les églises

Les chapelles

Les retables

Cloches et clochers

Les pèlerinages à Laurie et au Bru de Charmensac

Les vitraux religieux

Les Tumulus

Les cimetières communaux

Les monuments aux morts

Objets du culte catholique

La statuaire des églises

Les bannières
de procession

Les oratoires

Les vêtements liturgiques

L’imagerie médiévale religieuse

Les objets de piété

Des pratiques religieuses collectives

Les autels en marbre blanc

Les reliquaires