• TRAVAIL DU SOL

    Le racloir pour charrue de labour

    Le racloir pour charrue tirée par les bœufs ou un tracteur est un petit outil banal mais d’une grand utilité pour assurer un labour correct sur l’ensemble d’une parcelle. Il était utilisé (...)

  • SEMAILLES D’AUTOMNE

    Le semis à la volée

    Le semis traditionnel d’automne à la volée, grand travail de l’année agricole, est une technique simple qu’en apparence. C’était d’ailleurs une tâche réservée à l’homme le plus qualifié de la (...)

  • MAITRISE DU BETAIL

    L’aiguillon à bœuf

    L’aiguillon est un accessoire utilitaire pour stimuler ou guider dans la direction souhaitée le bétail notamment les bœufs lors du travail aux champs et pour la conduite des charrettes. Ce (...)

  • BON SENS ET MAXIMES

    Utiles observations d’un paysan de Fraissinet (Auriac-l’Eglise)

    Dans son livre « La terre sacrée » (1930) sur l’histoire d’une famille paysanne de 1623 à 1930 au hameau de Fraissinet, commune d’Auriac-l’Eglise, le capitaine de dragon Jean-Louis Boudon (...)

  • USAGES

    L’indispensable sac de jute pour le grain et la farine

    Utilisé depuis des siècles pour conditionner, transporter des denrées, conserver, commercialiser, le sac en toile de jute, matière de fibre naturelle, était d’un usage courant dès le cours du (...)

  • REGLES DU FERMAGE

    Exemple d’un bail rural des années 1930 à Charmensac

    Le bail rural est un contrat pour la location d’une propriété rurale entre un exploitant et le propriétaire du bien régit par le Code Rural.. Au cours du 20ème siècle le bail rural agricole a (...)

  • ARCHEOLOGIE

    Conférence sur un site archéologique majeur de la vallée de la Sianne

    Depuis plusieurs années les chantiers de fouilles sur le plateau basaltique de Lermu livrent des secrets sur les lointains occupants de notre vallée. Fabien Delrieu nous dira tout sur ce site (...)

  • DESTINATION

    Le Cézallier, la nature, les grands espaces...

    Le Cézallier, paradis des formes et des couleurs... un territoire unique en France, fabuleusement attirant. A découvrir son patrimoine en toute saison.

  • HEBERGEMENT TOURISTIQUE

    Un nouveau gîte municipal à Auriac-l’Eglise

    Entièrement rénové et aménagée l’ancienne école située au centre du bourg d’Auriac-l’Eglise offre désormais un lieu d’hébergement familial et modulable de qualité jusqu’à 10 personnes.

  • GENRE DE VIE

    Notre exposition d’aquarelles sur les burons, actualisée, sera présentée cet été à Vèze

    Une quinzaine de nouvelles reproductions d’aquarelles sur les burons situés sur la commune de Vèze viennent d’être réalisées par l’artiste Alain Delteil. A voir dès le 20 juillet 2024 à la salle (...)


LES DERNIERES MISE EN LIGNE

A+  A-    Imprimer

POUR LA MOISSON

L’affutage particulier de la lame de la faux

Comme toute lame tranchante qui travaille, la lame de la faux s’usait et s’émoussait à l’usage. De temps en temps, il fallait raviver le taillant. C’était le rôle de la pierre à aiguiser que le moissonneur portait dans un coffin, contenant un peu d’eau et suspendu à sa ceinture. Mais la pierre à aiguiser ne suffisait pas, car il arrivait un moment où le taillant de la faux était devenu trop épais et la faux ne coupait plus. Il fallait alors amincir ce taillant. C’était le rôle de l’enclumette et du marteau à battre.

Pour l’affutage, le paysan démontait la faux, posait la lame sur l’enclumette  et avec le marteau frappait le tranchant qui s’amincissait peu à peu. La lame fixée à nouveau sur le manche et passée à la pierre coupait comme si elle était neuve.

Accessoires pour l’entretien de la faux

Plusieurs petits accessoires indispensables permettaient l’entretien de la faux : l’enclumette, le marteau, le coffin, la pierre à aiguiser.

L’enclumette

L’enclumette de faucheur est une petite enclume portative servant de support lors du battage du tranchant de la lame de la faux lorsque le taillant est perdu. Il s’agit d’une tige en fer forgé massif de 30 à 45 centimètres de longueur et d’un certain poids. L’outil est appointé à la base pour s’enfoncer dans la terre et élargit à son sommet en forme de talon sur lequel le faucheur frappait pour l’enfoncer dans le sol (souvent avec un morceau de bois pour ne pas endommager la tête).

Au deux tiers de la hauteur selon le modèle se trouve un gros rebord ou deux fers plats passés dans une fente de la tige et dont les extrémités sont enroulées en spirales. Cet élément repose sur le sol quand l’enclumette est en place et l’empêche ainsi de s’enfoncer plus.

Le marteau à battre

Le marteau de martelage avait pour fonction de percuter à petits coups le fil d’acier de la lame de la faux renversée sur l’enclumette. Ce marteau à deux têtes opposées, l’une en forme de pyramide tronquée, l’autre à bout carré et assez court.

A son extrémité le manche est percé d’un trou pour raccorder le marteau à l’enclumette lors du transport.

Le coffin

Le coffin est un étui fabriqué avec différents matériaux, le bois, la corne de vache, le fer blanc ou le cuivre dans lequel se plaçait la pierre à aiguiser avec un peu d’eau. Le faucheur le portait à sa ceinture lors de la moisson à la faux. Son aspect variait en fonction de la matière, mais son extrémité se terminait en forme de bulbe à pointe allongée pour ficher le coffin dans le sol afin de le tenir droit pour qu’il ne verse pas son eau.

La pierre à aiguiser

L’aiguisage de la lame de la faux avec une pierre lorsqu’elle ne coupait plus faisait partie du rythme de la fauche. Il s’agissait d’une pierre naturelle à grain très fin, plate, en forme de longue baguette en losange. La pierre devait toujours être mouillée car l’eau, en favorisant le déplacement des particules abrasives, donnait plus de « mordant ». Elle évitait aussi la détrempe superficielle du fil de la lame, que la chaleur du frottement pouvait provoquer.