• TRAVAIL DU SOL

    Le racloir pour charrue de labour

    Le racloir pour charrue tirée par les bœufs ou un tracteur est un petit outil banal mais d’une grand utilité pour assurer un labour correct sur l’ensemble d’une parcelle. Il était utilisé (...)

  • SEMAILLES D’AUTOMNE

    Le semis à la volée

    Le semis traditionnel d’automne à la volée, grand travail de l’année agricole, est une technique simple qu’en apparence. C’était d’ailleurs une tâche réservée à l’homme le plus qualifié de la (...)

  • MAITRISE DU BETAIL

    L’aiguillon à bœuf

    L’aiguillon est un accessoire utilitaire pour stimuler ou guider dans la direction souhaitée le bétail notamment les bœufs lors du travail aux champs et pour la conduite des charrettes. Ce (...)

  • BON SENS ET MAXIMES

    Utiles observations d’un paysan de Fraissinet (Auriac-l’Eglise)

    Dans son livre « La terre sacrée » (1930) sur l’histoire d’une famille paysanne de 1623 à 1930 au hameau de Fraissinet, commune d’Auriac-l’Eglise, le capitaine de dragon Jean-Louis Boudon (...)

  • USAGES

    L’indispensable sac de jute pour le grain et la farine

    Utilisé depuis des siècles pour conditionner, transporter des denrées, conserver, commercialiser, le sac en toile de jute, matière de fibre naturelle, était d’un usage courant dès le cours du (...)

  • REGLES DU FERMAGE

    Exemple d’un bail rural des années 1930 à Charmensac

    Le bail rural est un contrat pour la location d’une propriété rurale entre un exploitant et le propriétaire du bien régit par le Code Rural.. Au cours du 20ème siècle le bail rural agricole a (...)

  • ARCHEOLOGIE

    Conférence sur un site archéologique majeur de la vallée de la Sianne

    Depuis plusieurs années les chantiers de fouilles sur le plateau basaltique de Lermu livrent des secrets sur les lointains occupants de notre vallée. Fabien Delrieu nous dira tout sur ce site (...)

  • DESTINATION

    Le Cézallier, la nature, les grands espaces...

    Le Cézallier, paradis des formes et des couleurs... un territoire unique en France, fabuleusement attirant. A découvrir son patrimoine en toute saison.

  • HEBERGEMENT TOURISTIQUE

    Un nouveau gîte municipal à Auriac-l’Eglise

    Entièrement rénové et aménagée l’ancienne école située au centre du bourg d’Auriac-l’Eglise offre désormais un lieu d’hébergement familial et modulable de qualité jusqu’à 10 personnes.

  • GENRE DE VIE

    Notre exposition d’aquarelles sur les burons, actualisée, sera présentée cet été à Vèze

    Une quinzaine de nouvelles reproductions d’aquarelles sur les burons situés sur la commune de Vèze viennent d’être réalisées par l’artiste Alain Delteil. A voir dès le 20 juillet 2024 à la salle (...)


LES DERNIERES MISE EN LIGNE

A+  A-    Imprimer

USAGES

L’indispensable sac de jute pour le grain et la farine

Utilisé depuis des siècles pour conditionner, transporter des denrées, conserver, commercialiser, le sac en toile de jute, matière de fibre naturelle, était d’un usage courant dès le cours du 19ème siècle en Auvergne pour le conditionnement et le transport du grain et de la farine, de la pomme de terre, de la lentille...

Le sac de jute était le plus utilisé dans le monde agricole comme matériau de protection des céréales car il associait de bonnes capacités de résistance à un coût modéré. Il pouvait être réutilisé plusieurs fois car sa bonne résistance mécanique réduisait les risques de déchirures. De plus, il protégeait efficacement les produits des rayons du soleil tout en les laissant respirer.

La manipulation des sacs était rendue facile grâce à sa matière peu glissante. Ainsi, on pouvait édifier des piles de sacs sur des charrettes pour les porter au moulin et les monter dans les greniers.

Lors des battages on portait le sac de grain d’environ 80 kilos sur l’épaule pour le monter dans le grenier pour le stockage ou le séchage. Chaque paysan fournissait ses sacs.Mais parfois les porteurs utilisaient leurs propres sacs . Denis Hermet raconte ce moment au hameau du Lac quand les hommes assuraient cette fonction lors des battages dans les fermes : « un homme fixait alternativement, un sac de jute à chaque clapet de la batteuse, ouvrait la trappe et veillait à son remplissage. Le sac plein, il le libérait, le fermait avec une méthode bien particulière, le plissage et le liait avec une ficelle en faisant une double boucle.

Un autre homme rangeait les sacs pleins en attendant les porteurs. Quand le porteur arrivait, les deux hommes prenaient un sac plein à chaque extrémité. Deux ou trois balancements, le sac s’envolait et atterrissait sur les épaules du porteur qui avait fait un quart de tour pendant que le sac était en l’air. Le porteur prenait alors d’un pas régulier "la montade " qui conduisait au grenier en maintenant le sac fermé avec sa main. Là, il se libérait de son fardeau, tirait sur la boucle de la ficelle, soulevait le fond du sac. Le grain s’écoulait alors dans la parcelle du grenier qui lui était réservée sur une cinquantaine de centimètres de hauteur, en séparant les différentes céréales par des planches. Les sacs étaient soigneusement vidés de tout grain pour éviter que les souris ne les trouent... »

Certaines fermes avaient installé des poulies pour pouvoir monter les sacs avec une corde comme dans les moulins. Parfois le grain restait stocké dans des sacs plus grands en attendant le passage d’un négociant.

Au moulin des sacs identifiés

Le sac de jute était incontournable pour conditionner et stocker la farine produite dans les moulins, la préservant ainsi de l’humidité ou des parasites éventuels. Les sacs de farine des différents moulins en activité étaient tous marqués par l’identité visuelle du moulin marquant ainsi la provenance de la farine et l’identité de l’opérateur, en fait le patronyme du moulin. Les trois moulins hydrauliques de la vallée de la Sianne et de Blesle par exemple avaient leur sac de farine bien identifiés.

Michel Tissidre se souvient qu’au moulin de mon père à Auriac-l’Eglise « une plaque en fer permettait de marquer tous les sacs. Ce marquage s’effectuait une fois le sac plein et bien à plat,toujours au pochoir pour éviter les coulures. A la minoterie il y avait toujours deux bidons d’encre : un noir et un rouge... La farine était mise par le meunier dans des sacs de 100 kilos qu’on appelait « balle de farine » quand ça partait chez les boulangers... »

Durant la Seconde Guerre Mondiale l’armée d’occupation allemande réquisitionnait de la farine avec son propre marquage de sac.