• TRAVAIL DU SOL

    Le racloir pour charrue de labour

    Le racloir pour charrue tirée par les bœufs ou un tracteur est un petit outil banal mais d’une grand utilité pour assurer un labour correct sur l’ensemble d’une parcelle. Il était utilisé (...)

  • SEMAILLES D’AUTOMNE

    Le semis à la volée

    Le semis traditionnel d’automne à la volée, grand travail de l’année agricole, est une technique simple qu’en apparence. C’était d’ailleurs une tâche réservée à l’homme le plus qualifié de la (...)

  • MAITRISE DU BETAIL

    L’aiguillon à bœuf

    L’aiguillon est un accessoire utilitaire pour stimuler ou guider dans la direction souhaitée le bétail notamment les bœufs lors du travail aux champs et pour la conduite des charrettes. Ce (...)

  • BON SENS ET MAXIMES

    Utiles observations d’un paysan de Fraissinet (Auriac-l’Eglise)

    Dans son livre « La terre sacrée » (1930) sur l’histoire d’une famille paysanne de 1623 à 1930 au hameau de Fraissinet, commune d’Auriac-l’Eglise, le capitaine de dragon Jean-Louis Boudon (...)

  • USAGES

    L’indispensable sac de jute pour le grain et la farine

    Utilisé depuis des siècles pour conditionner, transporter des denrées, conserver, commercialiser, le sac en toile de jute, matière de fibre naturelle, était d’un usage courant dès le cours du (...)

  • REGLES DU FERMAGE

    Exemple d’un bail rural des années 1930 à Charmensac

    Le bail rural est un contrat pour la location d’une propriété rurale entre un exploitant et le propriétaire du bien régit par le Code Rural.. Au cours du 20ème siècle le bail rural agricole a (...)

  • ARCHEOLOGIE

    Conférence sur un site archéologique majeur de la vallée de la Sianne

    Depuis plusieurs années les chantiers de fouilles sur le plateau basaltique de Lermu livrent des secrets sur les lointains occupants de notre vallée. Fabien Delrieu nous dira tout sur ce site (...)

  • DESTINATION

    Le Cézallier, la nature, les grands espaces...

    Le Cézallier, paradis des formes et des couleurs... un territoire unique en France, fabuleusement attirant. A découvrir son patrimoine en toute saison.

  • HEBERGEMENT TOURISTIQUE

    Un nouveau gîte municipal à Auriac-l’Eglise

    Entièrement rénové et aménagée l’ancienne école située au centre du bourg d’Auriac-l’Eglise offre désormais un lieu d’hébergement familial et modulable de qualité jusqu’à 10 personnes.

  • GENRE DE VIE

    Notre exposition d’aquarelles sur les burons, actualisée, sera présentée cet été à Vèze

    Une quinzaine de nouvelles reproductions d’aquarelles sur les burons situés sur la commune de Vèze viennent d’être réalisées par l’artiste Alain Delteil. A voir dès le 20 juillet 2024 à la salle (...)


Patrimoine
Les Activités
A+  A-    Imprimer

Manger en commun

MANGER EN COMMUN
La table tourtière (1)
La table tourtière (1)

La longue table tourtière est un plateau rectangulaire en bois devenu un élément incontournable de la salle commune et de la vie intergénérationnelle d’autrefois. Cette table qu’on appelle aujourd’hui « la table de ferme » était généralement placée dans l’axe de la fenêtre, perpendiculairement afin que chacun bénéficie de la lumière du jour et parallèlement au cantou.

En milieu rural la table a permi progressivement le rassemblement familial pour les repas en commun. Mais selon les ethnologues les intérieurs des paysans auvergnats étaient si pauvres que la table n’était pas toujours présente. Souvent la maie en tenait lieu.

La table à manger ne serait apparue que tardivement vers la fin du 18ème siècle dans les salles communes des paysans les plus fortunés,et à partir du début du 19ème siècle dans toutes les familles paysannes.

Car c’est la Révolution de 1789 qui a établi le déjeuner vers midi et le dîner le soir entre 7 et 8 heures, transformant radicalement les habitudes pour manger dans le monde paysan.

 

MANGER EN COMMUN
Le tiroir tourtier (2)
Le tiroir  tourtier (2)

La table auvergnate dite table de ferme est longue d’au moins 1,80m et massive. Le plateau, généralement épais de 3 à 7 centimètres.. Elle se caractérise par l’importance des tiroirs à chaque extrémité, l’un pour la réserve courante du pain, l’autre pour la vaisselle usuelle.

Les tiroirs hauts de la table tourtière traditionnelle obligent à un plateau maintenu par de véritables planches formant comme une ceinture d’environ une vingtaine de centimètres de haut.

Cette particularité a comme conséquence qu’il était rare que l’on puisse s’asseoir normalement les genoux sous la table.

A cause de cette particularité, l’habitude de tenir le siège (banc ou chaise) éloigné de la table et de se pencher en avant pour prendre son repas.

Certaines tables paysannes utilisées dans le Massif-Central possédaient un ou deux tiroirs sur le côté pour y ranger les couverts. 

 

MANGER EN COMMUN
Caractéristiques de la table tourtière Cantalienne (3)
Caractéristiques de la table tourtière Cantalienne (3)

La table tourtière était un élément incontournable de la salle commune. Au fil des décennies elle a tenu un rôle bien particulier dans la vie quotidienne.

Cette table tourtière est formée de quatre pieds carrés. Une traverse en T réunit les pieds et une grande barre d’entre jambe renforce la cohésion de l’ensemble.
Deux vastes tiroirs sont en bout de table. L’un est toujours attribué à la réserve à pain « la tourtière ». Certaines tables possèdent un ou deux tiroirs sur le côté pour y ranger les couverts.
La table est encadrée traditionnellement par deux longs bancs de bois sans dossier remplacés parfois par des chaises en paille.

Un plateau habillé d’une toile cirée dans le Cantal

Utilisée en permanence pour les repas en commun par tous les membres de la famille ou du personnel de la ferme lorsqu’il y en a, et les activités culinaires, cette grande table était depuis la fin du 19ème siècle généralement habillée d’une toile cirée maintenue par des lames de bois clouées sur les chants du plateau. Cette ceinture était interrompue dans les deux bouts pour permettre l’ouverture des tiroirs.

Le banc de la table tourtière

Meuble si banal, le banc est indissociable de la table cantalienne. Il est constitué par une planche de la longueur de la table d’épaisseur variée. Les deux extrémités sont généralement arrondies. Le banc est muni de quatre pieds placés en vis-à-vis qui se trouvent selon certains modèles réunis par une traverse.
Dans certaines maisons les chaises ont remplacé le banc siège peu confortable.

MANGER EN COMMUN
Le banc Cantalien de la table tourtière
Le banc Cantalien de la table tourtière

La table Cantalienne était encadrée traditionnellement par deux longs bancs de bois sans dossier. Indissociable de la table de ferme, ils ont été remplacés par des chaises en paille dès lors que les planches de côté ont diminué de largueur permettant ainsi de s’asseoir près de la table pour manger normalement sans se pencher en avant.

Le banc Cantalien est constitué par une planche de la même longueur de la table et d’épaisseur variée. Les deux bouts du banc sont souvent arrondis. Ce siège est muni de quatre pieds placés en vis-à-vis qui se trouvent réunis par une traverse sur certains modèles.

.

L’inconvénient du banc provient de la large traverse de la table tourtière qui empêche de mettre les jambes normalement sous la table. Soit on se mettait à califourchon sur le banc, soit on s’éloignait de la table, s’obligeant ainsi à se pencher vers son assiette.

PATRIMOINE

L’eau

La Sianne, notre rivière

Cascades : la magie de l’eau

Mémoire d’eau

Les abreuvoirs

Les sources ferrugineuses

Les puits

Les moulins de la vallée de la Sianne

Les ponts de pierre

Les passages à gué

Les passerelles primitives sur la Sianne

Les lavoirs du XXème siècle

Les meules des moulins

Les moulins hydrauliques

Les moulins à réservoir

Les moulins de communautés villageoises

L’irrigation le long de la Sianne

Les fontaines

Les milieux humides

Les retenues à travers la Sianne

Le pays

Les gens

Le plateau du Cézallier

Sucs et volcans

Routes et chemins

Des sites et des légendes

La faune

La flore

Sites d’intérêt européen

La vallée de la Sianne en Haute-Auvergne

Toponymie

Les grottes

Roches et rochers

Les communes et leurs villages

Mobilier et art populaire

Les Activités

La production du miel

Les charbonnières

L’estive sur le Cézallier Cantalien

Les mines

Traditions culinaires

Objets et machines

Activités traditionnelles

Les Palhàs

Le ferrage des animaux

Les fours à chaux

L’élevage du mouton

La vie scolaire

La vie agricole : le travail (1)

Les prés-vergers

Le portage

Les activités itinérantes

L’usage du feu dans la maison traditionnelle

L’eau dans la salle commune

Le temps du couchage

Ranger et conserver

La conscription

Production laitière

Modes de vie

Manger en commun

La vie agricole : témoignages (2)

La vie agricole : outils et techniques (3)

Le Bâti

Les maisons de bergers

Les abris à colombinés

Les fermes traditionnelles

Les châteaux

Les maisons fortes

Les maisons d’écoles

Les abris vernaculaires

Les symboles sur le bâti ancien

Les fours à pain communaux

Burons du Cézallier oriental

Les petits bâtiments d’élevage

Les toitures du Cézallier cantalien

Les murets en pierre sèche

Les sols en pierre

Les fours à pain privatifs

Maisons paysannes du Cézallier

L’habitat protohistorique

Le Sacré

La Résistance (39-45)

Les églises

Les chapelles

Les retables

Cloches et clochers

Les pèlerinages à Laurie et au Bru de Charmensac

Les vitraux religieux

Les Tumulus

Les cimetières communaux

Les monuments aux morts

Objets du culte catholique

La statuaire des églises

Les bannières
de procession

Les oratoires

Les vêtements liturgiques

L’imagerie médiévale religieuse

Les objets de piété

Des pratiques religieuses collectives

Les autels en marbre blanc

Les reliquaires