• DESTINATION

    Le Cézallier, la nature, les grands espaces...

    Le Cézallier, paradis des formes et des couleurs...un territoire unique en France, fabuleusement attirant. A découvrir en toute saison.

  • COMMUNAUX PLANTES

    La coupe annuelle dans les parcelles du bois du Lac

    Sur le versant nord du Ruisseau de la Meule, sur un dénivelé d’environ 200 mètres, s’étalait la coupe du Lac, le bois réservé aux habitants du hameau du Lac (commune de Vèze).

    Il était divisé (...)

  • POUR LA MOISSON

    L’affutage particulier de la lame de la faux

    Comme toute lame tranchante qui travaille, la lame de la faux s’usait et s’émoussait à l’usage. De temps en temps, il fallait raviver le taillant. C’était le rôle de la pierre à aiguiser que le (...)

  • SAVOIR-FAIRE

    Des ponts adaptés au pays

    Deux types de ponts franchissent la Sianne sur les 25 kilomètres de son parcours : le dos d’âne et l’anse de panier, des techniques issues du Moyen-Age.

  • ASSEMBLEE GENERALE 2024

    Rapport d’activités 2023

    En 2023, l’ensemble des activités de l’association a donné une nouvelle fois du sens à notre projet associatif intercommunal. Nos initiatives ont permis d’exprimer notre engagement pour le pays (...)

  • ORFEVRERIE AUVERGNATE

    Le pendentif Saint-Esprit

    Ce bijou qui cumule à la fois des symboles chrétiens et populaires était particulièrement apprécié dans la région. La plupart des familles de la vallée de la Sianne possédant un tel bijou le (...)

  • SUR LE PLATEAU DU BRU

    Jour de labour avec les boeufs

    Le travail du sol est la première activité agricole de l’automne qui ouvre la terre pour recevoir l’ensemencement ou les plantations. Depuis le début du 20ème siècle le labour a bénéficié de (...)

  • METHODES

    Les tableaux pédagogiques

    Les tableaux pédagogiques et les cartes murales scolaires aux couleurs vives ont été au cours du 20ème siècle des supports remarquables à l’enseignement de toutes les matières de l’école (...)

  • TERRES CULTIVABLES

    L’enterrassement des versants ensoleilés

    Le principal objectif des terrasses tait de gagner sur la montagne le maximum d’espace afin d’y développer la culture de la vigne malgré une zone de plantation entre 500 et 800 mètres (...)

  • PAYSAGES HUMANISES

    Palhàs : une vallée se couvre de terrasses

    Située dans le Cantal et sur quelques kilomètres en Haute-Loire, la vallée de la Sianne coincée entre les deux plateaux de la Planèze et du Cézallier correspond à ces territoires très (...)


Patrimoine
L’eau
A+  A-    Imprimer

La Sianne, notre rivière

La Sianne prend sa source comme sa sœur l’Allanche dans le Massif du Cézallier oriental entre le Mont Chamaroux et le Mont du Luguet à près de 1500 mètres d’altitude, dans une « sagne » terrain marécageux, d’où vient son nom.

DESTIN
Un parcours de 33 kilomètres
Un parcours de 33 kilomètres

La Sianne prend sa source comme sa sœur l’Allanche dans le Massif du Cézallier oriental entre le Mont Chamaroux et le Mont du Luguet à près de 1500 mètres d’altitude, dans une « sagne » terrain marécageux, d’où vient son nom.

Sur le bord des estives le cours de la Sianne est momentanément stoppée par une retenue artificielle formant "Le lac de la Terrisse. Son cours est alors divisé en deux. Une partie de ses eaux est forcée dans une conduite pour alimenter une petite centrale électrique. L’autre reprend le lit historique jusqu’à la chute de la cascade.

Après la cascade de La Terrisse, la Sianne traverse le bassin de La Tour. Passé le pont de Vèze, elle pénètre des gorges boisées sauvages, profondes de 300 mètres.
A plusieurs reprises la petite rivière doit se frayer un passage entre les rochers qui l’obligent à faire des boucles. Elle traverse alors un formidable territoire de nature sauvage. Après le hameau d’Allagnon, la Sianne quitte les gorges et serpente dans le fond de la vallée, ses rives deviennent verdoyantes. En 10 kilomètres, elle est descendue de 600 mètres.

Tout au long de ses vingt cinq kilomètres, elle ne cesse de grossir, alimentée par d’innombrables ruisseaux. A partir d’Auriac, la Sianne profite d’un parcours sans obstacle, aborde le dernier hameau de Chazelle dans la partie la plus large de la vallée et finit son voyage en arrosant les potagers en aval de Blesle. En ces lieux, aux pieds des orgues basaltiques elle rejoint la Voireuse et se jette dans l’Alagnon, affluent de l’Allier au lieu-dit « Les trois rivières ». La Sianne a rempli son destin.


La retenue sur la Sianne à la sortie des estives formant le lac de la Terrisse


Le lieu-dit les trois rivières. Fin du parcours de la Sianne

MILIEU ECOLOGIQUE
La Sianne, une rivière à protéger
La Sianne, une rivière à protéger

Institué par le Ministère de l’environnement, le Contrat de rivière s’efforce de prendre en compte l’approche globale de la gestion de l’eau et des milieux aquatiques à l’échelle du bassin versant.
La Sianne se jetant dans l’Allagnon au Babory de Blesle, son bassin versant est donc un sous bassin de celui de l’Allagnon et contribue à son débit et à sa qualité.

La faune et la flore de la vallée de la Sianne reflètent parfaitement de l’état de santé de la rivière. Selon les quelques relevés d’information concernant la rivière, la qualité des eaux et le patrimoine écologique qui en découlent sont considérés comme une référence.

Les cours d’eau du bassin versant de la Sianne ont la réputation d’être particulièrement riches du point de vue piscicole. Les espèces de truites fario, d’ombres communs, d’écrevisses à pieds blancs, de chabot, vairon et loches franches y sont présentes naturellement. Ces poissons sont très sensibles à la dégradation de la qualité de l’eau et au respect de leur habitat.
Les paysages de la vallée de la Sianne ont fait l’objet de plusieurs zones de classifications européennes « Natura 2000 » pour les richesses floristiques (orchidées) et faunistiques (oiseaux) qu’elles renferment.

Le patrimoine bâti lié à l’eau est très dense et particulièrement varié .Mais la qualité des eaux reste surtout le fruit d’une faible densité de la populationet d’une agriculture qui ne suit pas la course à l’intensif. Toutefois, la question de l’assainissement à l’échelle du territoire devra trouver dans les années à venir des solutions, puisque les communes ont désormais l’obligation de mettre en oeuvre un projet d’assainissement adapté.

Entretien et restauration des berges

La vallée de la Sianne est plus que jamais concernée par la restauration du milieu. Des travaux de restauration des berges notamment ont déjà eu lieu en 2002 sur la commune de Blesle et sur d’autres secteurs d’intervention en 2003 sur Blesle et Auriac-l’Eglise.

Ces interventions sont de plus en plus nécessaires. Autrefois, la Sianne était entretenue naturellement grâce aux nombreuses activités de la population qui en dépendaient.

Aujourd’hui, les riverains n’utilisent presque plus la rivière pour leurs besoins, la valorisation du bois issu de l’entretien des berges ne présente plus d’intérêt économique, les moulins se sont tus, les travaux d’entretien sont devenus coûteux.

Faute d’entretien, la rivière sera encombrée de détritus de toutes sortes et les berges seront envahies par la végétation. L’écoulement des eaux sera réduit. Les fonctions biologiques se dégraderont avec la perte de la biodiversité conduisant à réduire la qualité de l’eau. Enfin, l’attrait paysager et touristique de la vallée diminuerait.

UNE POESIE DE 1889
Oh belle Sionne !
Oh belle Sionne !

Le frère Mizoule, instituteur à Auriac-l’Eglise entre 1888 et 1899 et poète,a composé un hymne à cette belle et attachante rivière : la Sionne, dévenue depuis la Sianne...

Promène doucement tes ondes fugitives
Dans le creux des vallons, sur le bord des chemins ;
<Mêle ton bruit sonore à ces voix si plaintives
Qui montent des grands bois de chênes et de pins,
Et qui parlent au cœur du dernier des humains.
Tel un ruban d’acier, ô ma belle Sionne !
En méandres nombreux tu contournes les bois,
Tu grondes, en courant, ainsi qu’une lionne,
Sans vouloir écouter, de mille et mille voix,
Les suaves concerts qu’on entend quelquefois,

Fuis, rejaillis, écume en ton grand lit de pierre.

Chaque jour je te vois, non loin de ces coteaux,
Je t’entends murmurer une longue prière :
C’est l’hymne qu’au Seigneur adressent les ruisseaux
Qui s’en vont bruyamment sous de verts arbrisseaux,

C’est mon désir, fais trève à ta route lointaine.
Suspends pour un instant ton cours précipité.
Du brave vigneron remplis donc la fontaine.
Arrose son verger l’hiver comme l’été.
Donne à ses champs, fraîcheur, vie et fécondité.
Je le veux, réponds-moi ? Ne prends-tu pas ta source

Au pied de ces vieux monts, tout près du Cézallier ?
Ne vas-tu pas, non plus, au terme de ta course,
Te joindre à l’Alagnon et descendre à l’Allier,
Dont le flot à ton flot désire s’allier.
Sur tes bords toujours frais. agréable coureuse,
Frère Loubayre et moi nous venions nous asseoir.
Sans cesse, devant nous, gentille voyageuse,
Tu passais en chantant sans nous apercevoir.
Ton onde nous baignait cependant chaque soir.
Près de toi nous goûtions les charmes de l’étude.
Nos esprits, réchauffés, se réveillaient plus forts.
Nous quittions à regrets l’aimable solitude
Où la nature en fête et féconde en trésors,
Nous ouvrait son grand livre où je lis sans efforts.
Il est pour l’homme pur de charmantes retraites,
D’harmonieuses voix, des accords, des clameurs ;
Il est pour deux amis des délices secrètes,
Des chants mystérieux, des bruits et des rumeurs
Que ton culte, ô Sionne ! a gravé dans nos cœurs.

PATRIMOINE

L’eau

La Sianne, notre rivière

Cascades : la magie de l’eau

Mémoire d’eau

Les abreuvoirs

Les sources ferrugineuses

Les puits

Les moulins de la vallée de la Sianne

Les ponts de pierre

Les passages à gué

Les passerelles primitives sur la Sianne

Les lavoirs du XXème siècle

Les meules des moulins

Les moulins hydrauliques

Les moulins à réservoir

Les moulins de communautés villageoises

L’irrigation le long de la Sianne

Les fontaines

Les milieux humides

Les retenues à travers la Sianne

Le pays

Les gens

Le plateau du Cézallier

Sucs et volcans

Routes et chemins

Des sites et des légendes

La faune

La flore

Sites d’intérêt européen

La vallée de la Sianne en Haute-Auvergne

Toponymie

Les grottes

Roches et rochers

Les communes et leurs villages

Mobilier et art populaire

Les Activités

La production du miel

Les charbonnières

L’estive sur le Cézallier Cantalien

Les mines

Traditions culinaires

Objets et machines

Activités traditionnelles

Les Palhàs

Le ferrage des animaux

Les fours à chaux

L’élevage du mouton

La vie scolaire

La vie agricole : le travail (1)

Les prés-vergers

Le portage

Les activités itinérantes

L’usage du feu dans la maison traditionnelle

L’eau dans la salle commune

Le temps du couchage

Ranger et conserver

La conscription

Production laitière

Modes de vie

Manger en commun

La vie agricole : témoignages (2)

La vie agricole : outils et techniques (3)

Le Bâti

Les maisons de bergers

Les abris à colombinés

Les fermes traditionnelles

Les châteaux

Les maisons fortes

Les maisons d’écoles

Les abris vernaculaires

Les symboles sur le bâti ancien

Les fours à pain communaux

Burons du Cézallier oriental

Les petits bâtiments d’élevage

Les toitures du Cézallier cantalien

Les murets en pierre sèche

Les sols en pierre

Les fours à pain privatifs

Maisons paysannes du Cézallier

L’habitat protohistorique

Le Sacré

La Résistance (39-45)

Les églises

Les chapelles

Les retables

Cloches et clochers

Les pèlerinages à Laurie et au Bru de Charmensac

Les vitraux religieux

Les Tumulus

Les cimetières communaux

Les monuments aux morts

Objets du culte catholique

La statuaire des églises

Les bannières
de procession

Les oratoires

Les vêtements liturgiques

L’imagerie médiévale religieuse

Les objets de piété

Des pratiques religieuses collectives

Les autels en marbre blanc

Les reliquaires