• DESTINATION

    Le Cézallier, la nature, les grands espaces...

    Le Cézallier, paradis des formes et des couleurs...un territoire unique en France, fabuleusement attirant. A découvrir en toute saison.

  • COMMUNAUX PLANTES

    La coupe annuelle dans les parcelles du bois du Lac

    Sur le versant nord du Ruisseau de la Meule, sur un dénivelé d’environ 200 mètres, s’étalait la coupe du Lac, le bois réservé aux habitants du hameau du Lac (commune de Vèze).

    Il était divisé (...)

  • POUR LA MOISSON

    L’affutage particulier de la lame de la faux

    Comme toute lame tranchante qui travaille, la lame de la faux s’usait et s’émoussait à l’usage. De temps en temps, il fallait raviver le taillant. C’était le rôle de la pierre à aiguiser que le (...)

  • SAVOIR-FAIRE

    Des ponts adaptés au pays

    Deux types de ponts franchissent la Sianne sur les 25 kilomètres de son parcours : le dos d’âne et l’anse de panier, des techniques issues du Moyen-Age.

  • ASSEMBLEE GENERALE 2024

    Rapport d’activités 2023

    En 2023, l’ensemble des activités de l’association a donné une nouvelle fois du sens à notre projet associatif intercommunal. Nos initiatives ont permis d’exprimer notre engagement pour le pays (...)

  • ORFEVRERIE AUVERGNATE

    Le pendentif Saint-Esprit

    Ce bijou qui cumule à la fois des symboles chrétiens et populaires était particulièrement apprécié dans la région. La plupart des familles de la vallée de la Sianne possédant un tel bijou le (...)

  • SUR LE PLATEAU DU BRU

    Jour de labour avec les boeufs

    Le travail du sol est la première activité agricole de l’automne qui ouvre la terre pour recevoir l’ensemencement ou les plantations. Depuis le début du 20ème siècle le labour a bénéficié de (...)

  • METHODES

    Les tableaux pédagogiques

    Les tableaux pédagogiques et les cartes murales scolaires aux couleurs vives ont été au cours du 20ème siècle des supports remarquables à l’enseignement de toutes les matières de l’école (...)

  • TERRES CULTIVABLES

    L’enterrassement des versants ensoleilés

    Le principal objectif des terrasses tait de gagner sur la montagne le maximum d’espace afin d’y développer la culture de la vigne malgré une zone de plantation entre 500 et 800 mètres (...)

  • PAYSAGES HUMANISES

    Palhàs : une vallée se couvre de terrasses

    Située dans le Cantal et sur quelques kilomètres en Haute-Loire, la vallée de la Sianne coincée entre les deux plateaux de la Planèze et du Cézallier correspond à ces territoires très (...)


Patrimoine
Le Sacré
A+  A-    Imprimer

Les chapelles

FEYDIT/ALLANCHE
Chapelle Saint-Julien de Chanet
Chapelle Saint-Julien de Chanet

La chapelle Saint-Julien de Chanet (Feydit/Allanche) est étrangement solitaire, égarée dans les herbages au bord d’un plateau balayé par le vent, à 1100 mètres d’altitude, au-dessus de la Vallée de la Sianne. Un petit bijou au milieu de nul part.

La chapelle et son mur de l’ancien cimetière

Cette église somnole dans le silence des hauteurs, à plus d’un kilomètre du hameau de Chastres, à l’extrémité d’un chemin rocailleux sans issue.

Selon le Dictionnaire statistique du Cantal (1869), l’église aurait été consacrée en 924, sous le titre de Saint-julien. Elle relevait de l’Abbaye de Blesle.

L’église est orientée du nord-est au sud-ouest. Au XIe siècle, qui est l’époque probable de la construction actuelle, elle comportait seulement une nef a deux travées et une abside en hémicycle. Au XVe ou au XVIe siècle, une chapelle furent ajoutés au nord tandis qu’au midi une chapelle et un porche s’accolaient à toute la longueur de la nef.

Le porche est d’une conception insolite dans le Cantal. Deux bancs de pierre règnent sur les cotés. Au fond du porche, la porte en arc fortement brisé est ornée de quatre archivoltes.

L’église de Chanet a été abandonnée à son sort depuis 1842. La dernière inhumation a eu lieu en 1953. Elle n’a survécu sous un dur climat, que grâce à son système de couverture, qui est celui des burons de la montagne. Toute pièce de bois est exclue. Les voûtes sont constituées par un assemblage de pierres plates verticalement disposées qui travaillent comme des claveaux. Sur leurs reins, de la terre glaise a été foulée, et ce lit imperméable porte directement la toiture, de lourdes et larges lauzes. 

La souplesse de la toiture lui a permis de porter chaque hiver des tonnes de neige et de suivre sans se disloquer les mouvements du gel. Basse et longue sous sa toiture aplatie, l’église s’efface ainsi pour résister aux coups de l’hiver. 


CHARMENSAC
Chapelle Saint-Jacques du Bru
Chapelle Saint-Jacques du Bru

La chapelle Saint Jacques au hameau du Bru, sur la commune de Charmensac, est située sur le bord de la route Massiac-Allanche au centre du village à 1073 mètres d’altitude. De l’édifice érigé en 1389 il ne reste rien, si ce n’est qu’une partie d’un magnifique retable polychrome dans lequel figurent Saint-Jacques et Sainte-Anne.

La chapelle actuelle, un vaste salle rectangulaire, a remplacé en 1831 le bâtiment primitif qui tombait en ruines. La dernière restauration de la chapelle remonte à 1963. Les fenêtres ont été remplacées en 2008.

On doit la fondation de la chapelle au voeu du puissant seigneur Jacques de Mercoeur qui combattait les hordes anglaises dans la région. Etant sur le point d’être écrasé il demanda, selon la tradition, l’intercession de Saint-Jacques.

Le 25 Juillet, fête de la Saint- Jacques, il gagna la bataille non loin du Bru. Sur les lieux-mêmes, il fit construire une chapelle en l’honneur du saint protecteur.

Depuis cette époque, on honore aussi à la chapelle du Bru Sainte-Anne, la mère de la Vierge Marie. La tradition rapporte qu’au plus fort de la bataille contre les anglais que menait son époux, Jacques de Mercoeur, Anne de la Tour d’Auvergne supplia sa patronne de rendre vainqueur l’armée de son mari. Exaucée, elle contribua à l’embellissement de la chapelle.

Voir le diaporama su le retable.

MOLEDES
Chapelle d’Escrouzet
Chapelle d’Escrouzet

Nous savons très peu de chose sur la chapelle du hameau d’Escrouzet. Selon la tradition locale, elle fut la chapelle d’une demeure seigneuriale et daterait du 17 où 18ème siècle.

La chapelle qui était dans un très mauvais état au 19ème siècle, a été restaurée grâce à l’abbé Vachès, curé de Molèdes de 1870 à 1889. Elle est dédiée à la Vierge Marie.

Deux fois par an,au mois de mai et au mois d’août,le curé de Molèdes disait une messe à la chapelle en présence des habitant du hameau. Jusqu’à ces dernières années, une messe avait toujours lieu au mois d’Août.
Selon les informations recueillies par l’abbé Rouet,en 1912,
deux versions circulaient pour expliquer l’origine des statues présentes dans la chapelle. Pour certaines personnes elles proviendraient d’une chapelle de Molompize et auraient été mises à l’abri à Escrouzet par un certain monsieur Chantefort durant la Révolution et y seraient restées depuis.
Pour d’autres, elles étaient auparavant dans la chapelle du village disparu de Gironde, dans le fond de la vallée de la Sianne, face au hameau d’Allagnon.

La cloche aurait été achetée d’occasion à Marseille par monsieur Chantefort.

L’on sait par contre avec certitude d’où vient l’autel en bois. C’est celui qui supportait la Vierge en Majesté dans l’église de Laurie, et qui a été tranféré là lors de la mise en place de l’autel en marbre en 1889.



PATRIMOINE

L’eau

La Sianne, notre rivière

Cascades : la magie de l’eau

Mémoire d’eau

Les abreuvoirs

Les sources ferrugineuses

Les puits

Les moulins de la vallée de la Sianne

Les ponts de pierre

Les passages à gué

Les passerelles primitives sur la Sianne

Les lavoirs du XXème siècle

Les meules des moulins

Les moulins hydrauliques

Les moulins à réservoir

Les moulins de communautés villageoises

L’irrigation le long de la Sianne

Les fontaines

Les milieux humides

Les retenues à travers la Sianne

Le pays

Les gens

Le plateau du Cézallier

Sucs et volcans

Routes et chemins

Des sites et des légendes

La faune

La flore

Sites d’intérêt européen

La vallée de la Sianne en Haute-Auvergne

Toponymie

Les grottes

Roches et rochers

Les communes et leurs villages

Mobilier et art populaire

Les Activités

La production du miel

Les charbonnières

L’estive sur le Cézallier Cantalien

Les mines

Traditions culinaires

Objets et machines

Activités traditionnelles

Les Palhàs

Le ferrage des animaux

Les fours à chaux

L’élevage du mouton

La vie scolaire

La vie agricole : le travail (1)

Les prés-vergers

Le portage

Les activités itinérantes

L’usage du feu dans la maison traditionnelle

L’eau dans la salle commune

Le temps du couchage

Ranger et conserver

La conscription

Production laitière

Modes de vie

Manger en commun

La vie agricole : témoignages (2)

La vie agricole : outils et techniques (3)

Le Bâti

Les maisons de bergers

Les abris à colombinés

Les fermes traditionnelles

Les châteaux

Les maisons fortes

Les maisons d’écoles

Les abris vernaculaires

Les symboles sur le bâti ancien

Les fours à pain communaux

Burons du Cézallier oriental

Les petits bâtiments d’élevage

Les toitures du Cézallier cantalien

Les murets en pierre sèche

Les sols en pierre

Les fours à pain privatifs

Maisons paysannes du Cézallier

L’habitat protohistorique

Le Sacré

La Résistance (39-45)

Les églises

Les chapelles

Les retables

Cloches et clochers

Les pèlerinages à Laurie et au Bru de Charmensac

Les vitraux religieux

Les Tumulus

Les cimetières communaux

Les monuments aux morts

Objets du culte catholique

La statuaire des églises

Les bannières
de procession

Les oratoires

Les vêtements liturgiques

L’imagerie médiévale religieuse

Les objets de piété

Des pratiques religieuses collectives

Les autels en marbre blanc

Les reliquaires