• DESTINATION

    Le Cézallier, la nature, les grands espaces...

    Le Cézallier, paradis des formes et des couleurs...un territoire unique en France, fabuleusement attirant. A découvrir en toute saison.

  • COMMUNAUX PLANTES

    La coupe annuelle dans les parcelles du bois du Lac

    Sur le versant nord du Ruisseau de la Meule, sur un dénivelé d’environ 200 mètres, s’étalait la coupe du Lac, le bois réservé aux habitants du hameau du Lac (commune de Vèze).

    Il était divisé (...)

  • POUR LA MOISSON

    L’affutage particulier de la lame de la faux

    Comme toute lame tranchante qui travaille, la lame de la faux s’usait et s’émoussait à l’usage. De temps en temps, il fallait raviver le taillant. C’était le rôle de la pierre à aiguiser que le (...)

  • SAVOIR-FAIRE

    Des ponts adaptés au pays

    Deux types de ponts franchissent la Sianne sur les 25 kilomètres de son parcours : le dos d’âne et l’anse de panier, des techniques issues du Moyen-Age.

  • ASSEMBLEE GENERALE 2024

    Rapport d’activités 2023

    En 2023, l’ensemble des activités de l’association a donné une nouvelle fois du sens à notre projet associatif intercommunal. Nos initiatives ont permis d’exprimer notre engagement pour le pays (...)

  • ORFEVRERIE AUVERGNATE

    Le pendentif Saint-Esprit

    Ce bijou qui cumule à la fois des symboles chrétiens et populaires était particulièrement apprécié dans la région. La plupart des familles de la vallée de la Sianne possédant un tel bijou le (...)

  • SUR LE PLATEAU DU BRU

    Jour de labour avec les boeufs

    Le travail du sol est la première activité agricole de l’automne qui ouvre la terre pour recevoir l’ensemencement ou les plantations. Depuis le début du 20ème siècle le labour a bénéficié de (...)

  • METHODES

    Les tableaux pédagogiques

    Les tableaux pédagogiques et les cartes murales scolaires aux couleurs vives ont été au cours du 20ème siècle des supports remarquables à l’enseignement de toutes les matières de l’école (...)

  • TERRES CULTIVABLES

    L’enterrassement des versants ensoleilés

    Le principal objectif des terrasses tait de gagner sur la montagne le maximum d’espace afin d’y développer la culture de la vigne malgré une zone de plantation entre 500 et 800 mètres (...)

  • PAYSAGES HUMANISES

    Palhàs : une vallée se couvre de terrasses

    Située dans le Cantal et sur quelques kilomètres en Haute-Loire, la vallée de la Sianne coincée entre les deux plateaux de la Planèze et du Cézallier correspond à ces territoires très (...)


Patrimoine
Les Activités
A+  A-    Imprimer

Modes de vie

VIVRE AU QUOTIDIEN
La salle commune, pièce de vie traditionnelle (1)
La salle commune, pièce de vie traditionnelle (1)

Jusqu’à la seconde guerre mondiale la vie de famille était concentrée dans la salle commune et devait donc satisfaire à tous les besoins de la vie quotidienne. C’était la pièce où l’on faisait la cuisine, rassemblant à la fois l’évier » l’ayguairo » et la table tourtière en bois entourée de bancs, le cantou dispensant sa chaleur tant pour les veillées que pour les besoins alimentaires. Un environnement et un mode de vie.

Dans la plupart des maisons traditionnelles du Cantal et plus particulièrement dans les fermes, l’oustal était autrefois la seule pièce d’habitation, cœur de la demeure paysanne.

Dans les maisons plus importantes la salle commune commandait les bâtiments d’exploitation, soit par une porte donnant accès à l’étable ou la grange, soit par un escalier qui s’élevait dans la salle même. Avec l’évolution sociale des propriétaires, des modes de vie et des constructions cet escalier donnait accès à des chambres situées au-dessus de la salle commune.

Cette grande salle commune d’une moyenne de 40m2 fut d’abord entourée de murs crépis, mais le milieu du 19ème siècle a vu l’apogée des boiseries en Haute-Auvergne dont beaucoup sont parvenues jusqu’à nous. A cette époque, installer des boiseries dans la salle commune était le signe de l’amélioration de la situation du propriétaire.

Les infrastructures d‘une salle commune entièrement recouverte d’une boiserie comprennent toujours selon les ethnologues le buffet encastré, l’horloge vitrée, la succession de portes pleines ou vitrées.

Le sol est planchéié. Les ouvertures sont peu nombreuses, étroites par rapport à la superficie totale de la pièce. En fait les ouvertures sont réduites à la seule porte d’entrée et à une fenêtre. Elles laissent donc tout le fond de la pièce commune dans l’ombre, car généralement la pièce étant plus profonde que large.

C’est principalement ce type d’habitation dans lequel nous trouvons encore aujourd’hui dans le Cézallier de nombreux éléments anciens de l’habitat traditionnel auvergnat.

VIVRE AU QUOTIDIEN
La salle commune : un lieu de vie pratique (2)
La salle commune : un lieu de vie pratique (2)

La salle commune des maisons paysannes de Haute-Auvergne reflètent une économie domestique bien pensé du sol au plafond. Elle communique avec l’étable séparée par un simple cloisonnement en planche, le sol est fait de bois et de pierre et l’accès à la cave est direct par une trappe...

Au sol, du bois et de la pierre

Le sol de la salle commune visible aujourd’hui est généralement composé d’un système mixte de dallage et de planches épaisses et larges posées sur un lambourdage.

Cette particularité des maisons paysannes du Cantal offre ainsi un large espace central en bois bordé souvent par une sorte de chemin de pierres d’nviron un mètre de large. Ce chemin était utilisé losqu’on rentrait en sabot dans la maison en portant par exmple l’eau du puits extérieur à l’ayguière et lorsqu’on alimentait en bois le feu du cantou.

Quand le sol était très sale, la ménagère utilisait de la lessive à la cendre, plus tard au savon noir ou au savon de Marseille.

Un accès direct à l’étable

Dans la maison paysanne du Cézallier, l’étable faisait suite à la salle commune, généralement derrière une simple cloison en planche, de sorte qu’il n’était pas besoin de sortir en hiver pour aller traireles vaches et donner à manger au bétail.

A travers la mince cloison, de son lit-clos, durant la nuit, le paysan entendait tous les bruits de l’étable : gémissements d’une bête malade, bruit de chîne, attache rompue...

Cette promiscuité salle commune -étable avait l’avantage pour la famille d’apporter de la chaleur en hiver, celle des animaux. Un très bon complément du cantou.

Et une trappe pour la cave

Toutes les maisons paysannes ne possédaient pas forcément une cave, mais lorsqu’lle existe elle permet de garder à portée de main, pommes de terre, légumes, graines, semences, barriques de vin...

On accède à la cave par une trappe d’environ un mètre carré placée devant l’entrée de la salle commune pour bénéficier de la lumière extérieure. On y descend par un escalier ou une échelle.

IMAGIER FAMILIAL
Quand la famille se raconte dans toute la maison
Quand la famille se raconte dans toute la maison

Le décor de la maison paysanne marquait durablement la fierté familiale en affichant joliment sous cadre, principalement dans la salle commune, des souvenirs intergénérationnels des membres de la famille qui habitaient pour la plupart sous le même toit.

Les images et les objets mis en scène, accrochés dans la maison, donnaient chair à un espace de transmission symbolique et une visibilité de la mémoire familiale.

Ces cadres encore nombreux dans les habitats anciens conservés dans le Cézallier sont porteurs d’histoires de vie indiquant le destin de chacun.

Ainsi, exposés depuis des décennies, de plus de 100 ans pour les cadres de poilus de la Première Guerre Mondiale, des portraits des parents et grands-parents et des reproductionsd’images diverses constituent les traces d’un passé et confortent les liens familiaux par-delà la mort, les bons moments et les épreuves de la vie.

 

VIE PRATIQUE
Les objets utilitaires qui habitaient la maison
Les objets utilitaires qui habitaient la maison

Chaque objet avait sa place en fonction de son utilisation dans la vie quotidienne de la famille. Un grand nombre d’entre eux s’entassait dans la salle commune. Et au fil des décennies ces objets utilitaires ont participé à l’évolution des pratiques et des modes de vie.

 

 

Beaucoup d’ objets encore conservés par les générations actuelles, racontent les gestes et la vie des familles dans les campagnes auvergnates autrefois. Ils sont désormais habités par des souvenirs d’enfance, des traditions culinaires, des modes de vie. Beaucoup étaient déjà écologiques et économiques.

Représentatif d’une époque pas si lointaine, il est émouvant de les redécouvrir dans certains habitats anciens fermés après le décès des anciens ou encore en usage chez des personnes agées.

L’heure de gloire de la batterie de cuisine en aluminium

La révolution des ustensiles culinaires est arrivée dans les années 1930 avec l’introduction de la batterie de cuisine en aluminium blanc ou émaillé qui a progressivement remplacé les objets anciens.

Ce métal léger a vite fait de reléguer dans les greniers les trop lourds ustensiles en terre, en fonte et en cuivre. On ne cachait pas cette modernité : rangées de casseroles, égouttoir en tôle émaillée pour ranger les louches et les écumoirs, boite à sel et aux allumettes... trônaient dans la salle commune. Comme avant !

S’ECLAIRER
Du feu de l’âtre à l’électricité
Du feu de l’âtre à l’électricité

Pendant très longtemps les anciens se contentaient des flammes de l’âtre du cantou pour éclairer la salle commune, autant dire une faible lueur plus on s’éloignait de la cheminée. Après la Révolution on commença à utiliser régulièrement des chandelles de cire et les lampes à huile de colza ou de noix avant la grande évolution de l’électricité au 20ème siècle.

 

C’est autour du cantou que la famille se réunissait autrefois pour les veillées, pour travailler et se distraire la nuit tombée, mais aussi pour économiser chaleur et lumière.

Pour éclairer la maison on disposait de petits objets traditionnels avec de l’huile utilisés le moins longtemps possible par souci d’économie. Dans les chambres on préférait le bougeoir généralement posé sur la table de nuit, mais pour le bref moment du coucher seulement.

Vers les années 1870 on employa de nouveaux carburants, l’essence et le pétrole, en adaptant les lampes à huile avant que n’apparaissent des modèles spécialement conçus pour l’éclairage dont la flamme était enfermée dans un long verre pour faciliter le tirage et assurer une plus grande sécurité, la lampe à pétrole.

La grande évolution de l’éclairage viendra dans nos campagnes avant la seconde guerre mondiale avec l’électricité, souvent une seule ampoule dans la salle commune. Mais quel changement pour les modes de vie ! L’électricité arrivera progressivement tous les hameaux à partir de 1946 avec la création de la Société Nationale d’Electricité de France.

Les anciennes lampes sont encore très nombreuses dans les habitats anciens. Seuls les bougeoirs reprennent occasionnellement du service pendant les coupures d’électricité.

Petit éclairage à huile avec le calelh

Souvent encore accroché près du cantou dans les intérieurs anciens, la lampe à huile, le calelh, a durablement marqué les mémoires car cet objet a participé à l’amélioration de l’éclairage dans la salle commune.

Le calelh, en laiton ou en fer forgé, le plus souvent un simple godet recueillant l’huile, est prolongé par une tige pour le pendre à un clou au mur ou à une poutre. La mèche de chanvre ou de coton baignait dans l’huile pour la brûler lentement. Une fois allumé le calelh produisait une clarté un peu plus forte qu’une simple bougie.

Huile, cire, essence, pétrole

Pour le soins du bétail dans l’étable on emportait une lanterne carrée en fer et fermée par du verre dans laquelle brûlait une bougie à l’abri des intempéries.

A la fin du 19ème siècle, arrive la lampe tempête, lampe à pétrole mobile dont la flamme était enfin protégée du vent. Elle sera la lampe utilitaire la plus utilisée par les paysans jusqu’à l’avènement de l’électricité, notamment dans les étables pour la traite des vaches.

 

PATRIMOINE

L’eau

La Sianne, notre rivière

Cascades : la magie de l’eau

Mémoire d’eau

Les abreuvoirs

Les sources ferrugineuses

Les puits

Les moulins de la vallée de la Sianne

Les ponts de pierre

Les passages à gué

Les passerelles primitives sur la Sianne

Les lavoirs du XXème siècle

Les meules des moulins

Les moulins hydrauliques

Les moulins à réservoir

Les moulins de communautés villageoises

L’irrigation le long de la Sianne

Les fontaines

Les milieux humides

Les retenues à travers la Sianne

Le pays

Les gens

Le plateau du Cézallier

Sucs et volcans

Routes et chemins

Des sites et des légendes

La faune

La flore

Sites d’intérêt européen

La vallée de la Sianne en Haute-Auvergne

Toponymie

Les grottes

Roches et rochers

Les communes et leurs villages

Mobilier et art populaire

Les Activités

La production du miel

Les charbonnières

L’estive sur le Cézallier Cantalien

Les mines

Traditions culinaires

Objets et machines

Activités traditionnelles

Les Palhàs

Le ferrage des animaux

Les fours à chaux

L’élevage du mouton

La vie scolaire

La vie agricole : le travail (1)

Les prés-vergers

Le portage

Les activités itinérantes

L’usage du feu dans la maison traditionnelle

L’eau dans la salle commune

Le temps du couchage

Ranger et conserver

La conscription

Production laitière

Modes de vie

Manger en commun

La vie agricole : témoignages (2)

La vie agricole : outils et techniques (3)

Le Bâti

Les maisons de bergers

Les abris à colombinés

Les fermes traditionnelles

Les châteaux

Les maisons fortes

Les maisons d’écoles

Les abris vernaculaires

Les symboles sur le bâti ancien

Les fours à pain communaux

Burons du Cézallier oriental

Les petits bâtiments d’élevage

Les toitures du Cézallier cantalien

Les murets en pierre sèche

Les sols en pierre

Les fours à pain privatifs

Maisons paysannes du Cézallier

L’habitat protohistorique

Le Sacré

La Résistance (39-45)

Les églises

Les chapelles

Les retables

Cloches et clochers

Les pèlerinages à Laurie et au Bru de Charmensac

Les vitraux religieux

Les Tumulus

Les cimetières communaux

Les monuments aux morts

Objets du culte catholique

La statuaire des églises

Les bannières
de procession

Les oratoires

Les vêtements liturgiques

L’imagerie médiévale religieuse

Les objets de piété

Des pratiques religieuses collectives

Les autels en marbre blanc

Les reliquaires